AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

(ethan&jana) - demons of our past

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 57
 Date d'inscription : 30/04/2016

 Crédits : Maquizz

 Âge du personnage : 23 ans
Mar 3 Mai - 21:31  
 


demons of our past


Un pas glissé du pied gauche. Un mouvement circulaire de la main droite. Paume en avant, suivie d’un saut de félin en arrière avant que les deux paumes ne frappent en avant, silencieusement mais avec force. Je sentis l’énergie couler dans chacun de mes veines et un bienêtre envahir mon cœur. Le mannequin qui se trouvait en face de moi fut transpercé par une lame invisible, formée par les simples molécules de l’air. Je l’enfouis encore un petit peu, entendis le craquement de la toile qui couvrait le corps immobile devant moi puis lâchai prise. Comme si une quelconque force divine m’eut averti, je tournai la tête derrière moi et découvris que le maître m’observait d’un œil de faucon.

« Combien de fois devrons-nous changer encore les mannequins, Ethan ? Entraîne-toi pour te défendre, et non pour attaquer. »

Je souris. J’aimais bien le maître du Dojo ; il avait toujours été là pour moi. Ici, je me sentais bien, et ce surtout après mon retour de Californie, il y a trois ans et quelques mois. Je venais ici me relaxer, me calmer, et cela m’aidait beaucoup. De large vitres laissaient entrer la chaleur du soleil dans le Dojo, et la lumière lui donnait un air majestueux et sacré. On aurait dit une église, mais en plus beau et moins grand !

La lame était devenue ma signature, au Dojo. Une lame invisible, secrète, légère mais mortelle. Le maître nous répétait toujours qu’en tant que Benders de l’air, seule notre imagination nous limitait. Ses mots m’avaient inspiré, et je libérai mon imagination. Maintenant, je ne la contrôle plus, elle me contrôle. Et Dieu sait que j’en aurai besoin, de cette imagination, pour faire face aux chasseurs dans l’ombre qui nous guettent où que nous allons ! Je soupirai et m’assieds sur terre en position du lotus. Ma respiration saccadée se calma, une goutte de sueur perla sur mon front avant de tomber … j’avais soif. Je décidai donc qu’il était temps pour moi de rentrer chez moi.

Je pris mon sac-à-dos et quittai le Dojo. Il faisait beau, un doux vent régnait et faisait instaurer une belle atmosphère, accompagné du soleil éblouissant qui supervisait le globe. Ce fut là que je la vis, Jana. A vrai dire, je la voyais presque chaque deux jours. Après tout, nous faisions nos entraînements au même Dojo. Toutefois, chaque fois que mes yeux se posaient sur elle, tout ce que je voyais était cette nuit maudite où nos vies avaient dérapé … et non les onze ans que nous avions passés ensemble. Tout cela me chagrinait au plus haut point, mais il y a des choses qu’il faut savoir sacrifier pour le plus grand bien. Cette amitié en faisait parti ! Je continuai de la regarder de loin, un sourire presque effacé se dessinant petit à petit sur mon visage. Soudain, elle trébucha sur la dernière marche des escaliers et tomba. Je ne sus point ce qui me prit, je courus vers elle et l’aida à se relever. Ma bouche s’ouvrit, puis se referma, je ne pus rien lui dire.
© TITANIA
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 75
 Date d'inscription : 25/04/2016

 Crédits : .liloo_59 pour l'avatar / Gifs sur Tumblr

 Âge du personnage : 22 ans
Jeu 26 Mai - 17:32  
 

Ft. Ethan and Jana
 
Il faisait une température tellement basse au dehors que je n’avais pas envie de quitter la chaleur frémissante de l’eau.
Je cherchais, sans remord, à retarder le moment où je devrais enfiler ces bottes en similicuir dénichées à une brocante, à retarder le moment où je devrais me cacher sous une écharpe chaude et qu’il me faudrait frissonner sans fin jusqu’à l’instant où j’allais pouvoir me réfugier sous ma couverture. Pour cela, une fois passées les activités classiques de la douche, je me mis inconsciemment à faire les mouvements techniques que j’avais passés la soirée à répéter, me replongeant doucement dans la concentration si caractéristique des arts martiaux, espérant ne pas avoir oublié ce que j’avais mis du temps à apprendre.
Les bruits des entraînements du dojo Diamant, qui résonnaient jusqu’aux vestiaires, s’effacèrent pour ne laisser que le grésillement de l’eau traversant le pommeau de douche ; le contact froid des carreaux de la pièce disparut pour ne garder que la caresse de la pellicule liquide qui m’enveloppait ; et lentement tout s’éteignit, terminant par ma vue que mes paupières entravèrent.
Me laissant seule avec moi-même. Puis la porte claqua.
Je sursautai, et les gouttes d’eau retapèrent soudain contre ma peau. Une personne venait d’entrer dans les vestiaires et, sans réflexion supplémentaire, je coupai la douche et attrapai mes affaires, décidée à me plonger dans le froid de l’hiver. J’appréciais l’hiver ; il suffisait  simplement que je ressente la motivation de me livrer aux basses températures.
La journée avait été des plus ordinaires et la soirée des plus banales : ni amélioration, ni dégression, les heures passaient et se ressemblaient. A la vérité, mes pouvoirs de Senser prenant toujours plus de place dans ma vie, j’avais du mal à rattraper le retard immense que j’avais accumulé au cours de mon adolescence quant à mon entraînement de Bender Air.
Un immense bordel que j’avais grand mal à ordonner.
Alors que je me dirigeai vers la sortie, un visage familier se détachait au loin. Ethan. Mais je n’avais ni l’envie, ni le temps de lui parler, aussi détournai-je le visage de celui qui fut un ami pendant plus d’une dizaine d’années et qui n’était qu’un fantôme revenant à grands renforts de sourires et de mots polis.
Je descendis les marches extérieures du dojo, avec une précipitation des plus malvenues puisque soudain, mes appuis se dérobèrent sous moi-même et je sentis ma cheville adopter un angle inquiétant – mais j’étais déjà lourdement tombée sur mon derrière. Le temps que je comprenne ce qui m’arrivait, des pas retentirent derrière moi et une personne se tint à mes côtés.
Levant les yeux, je vis Ethan plongé dans un certain mutisme.

« Oh Ethan, salut, je… »

J’analysai un instant la situation, observant mes quelques affaires étalées sur le sol.

« Ca va aller, je suis juste maladroite… Tu… »

Je tentai, sans forcément rejeter son aide, de me relever par mes propres moyens. Mais en bougeant ma cheville je compris que ce n’était pas simplement de la maladresse et je me rabattis précipitamment sur l’aide que me fournissait Ethan.

« Finalement, c’est peut-être pire que ce que je croyais… »

Me tenant sur l’autre jambe pour éviter de me reposer sur le pied blessé, j’observais la catastrophe en n’ayant pas la moindre idée de la manière de sortir de cette galère. Surtout que je n’osais m’avouer que c’était le jeune homme que j’avais cherché à éviter. Difficile de tenir une conversation dans ces cas-là.

« Il faut que je rentre. Pop Corn m’attend », murmurai-je.


 
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i want to exorcise the demons from your past. (g. marlen jones)
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» un rp avec un demons?
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Penn Quarter :: Dojo Diamant-