AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

messing with my head - lucy

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 845
 Date d'inscription : 12/02/2016

 Crédits : juxebox joints(avatar) & tumblr (gif)

 Âge du personnage : 31 ans
Sam 23 Avr - 0:01  
 


messing with my head


Trop de monde à l'hôpital, trop de peine, trop de blessures plus grave. C'était le carnage, parfois, les victimes avaient des blessures que je n'avais vu qu'au front. Je ne pouvais pas comprendre comment on se dit capable d'une telle chose pour un idéal. Ces gars étaient de la pire espèce et ils ne me répugnaient. Je n'avais pas envie de faire face au monde, mais je ne pouvais pas faire autrement. Des béquilles, un sourire, un papier et j'étais dehors. L'air frais de ce mois d'hiver était comme lacérant. Une écharpe au cou j'appelais un taxi mais au lieu de rentrer chez moi, je partis au poste. Mes collègues me regardèrent comme si ej revenait d'un pays en guerre alors qu'il n'en était rien. « J'arriverai jamais à rester chez moi. » Cochrane me regarde bizarre, ne dis rien et me laisse faire.

C'est en retrouvant mon bureau que je sais que ce n'est pas un bon endroit, ce n'est pas le moment, je ne suis pas prêt. Mon corps refuse que je fasse un pas de plus mais je vois le dossier qui surplombe mon bureau. L'accident du mari de Lucy. J'avais vu cette femme lors de l'événement dédié à la bender tuée, Iris Paxton. Depuis, je n'avais pas eu de nouvelles. Mais avec tout ce qu'il venait de se passer dans nos vies, je me doutais bien que la jeune femme en été venue au même raisonnement que moi à l'instant. Plus rien ne devait être aléatoire, tout avait un but, tout était planifié et à présent, je pensais réellement que cet accident n'en était pas un.

Avec du mal, je réussi à quitter le bureau armé de mes béquilles. Après avoir héler un taxi, je m'engouffrais dans la vie en quête de sa maison. Lorsque ce fut fait, je fus ravie de voir que ce n'était pas un appartement sans ascenseur. La vie américaine n'était réellement pas conçue pour les personnes à mobilité réduite et je haïssais le gouvernement de ne pas mettre en place une ville plus adéquate. En sortant du taxi énervé comme un puceau qui se débattait avec ses tiges de fer, je maudissais ma vie. Puis je sonnais à la porte sans mal, mais attendant qu'elle me réponde.
© TITANIA
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 30 Avr - 16:08  
 
    J'avais eu de la chance, c'est ce que l'on pouvait dire, de la chance, parce que je n'avais pas été blessée. Je m'étais battue, avec mes armes, mais je l'avais fait et j'avais réussi à faire fuir l'assaillant au stade. Étais-ce vraiment grâce à moi ? Oui, en partie, mais je n'allais pas m'amuser à en tirer une quelconque gloire, croyez-moi. Je ne suis pas comme ça, je préfère être dans l'ombre même si en l'occurrence j'avais été un peu dans la lumière. Je n'étais pas restée plus de quelques heures au final à l'hôpital, puisque je n'avais pas été blessée physiquement. Mentalement, c'est une autre histoire bien entendu, mais cela l'était depuis la mort de mon mari, il y a maintenant quelques mois de cela. Je n'allais pas me laisser abattre cependant, je ne suis pas comme ça, je suis une battante. Upsilon avait refait surface même si je le savais depuis déjà quelques mois. Tout cela ne me paraissait pas être un hasard, non, cela n'en était clairement pas un, mais je ne savais pas où chercher, où me rendre pour avoir des informations. Ainsi, j'avais plusieurs heures devant moi avant de donner un cours de tir à l'arc. En semaine, j'organise mon temps comme je le désire, ou presque, parce que les cours sont souvent en fin de journée, il faut dire que les gens travaillent, ou étudient durant la journée donc les cours sont rares même si ça arrive. Les clients les plus fortunés n'hésitaient pas parfois à payer un prix supérieur pour avoir en quelques sortes un cours particulier. Bref, j'étais chez moi quand on sonna à la porte. Je n'attendais personne, et je fus surprise de voir Eliott Young devant celle-ci. Il semblait bien amoché le pauvre, qu'est ce qui lui était arrivé ? Et pourquoi était-il venu me voir ? Est ce qu'il y avait une avancée par rapport à la mort de mon mari ? Possible, peut être que les événements du stade avaient remués les choses.

    " Eliott, je suis surprise de vous voir. Mais ne restez pas sur le pas de la porte, je vous en pris, entrez vous asseoir, vous serez sans doute plus à l'aise. "

    Sans doute, non, c'était une certitude, parce qu'il était un peu grimaçant. Que lui était-il arrivé ? Je ne savais pas encore mais s'il ne me le disait pas de lui-même, je saurais lui demander. Peut être que sa venue n'avait rien à voir avec mon mari. Peut être qu'il voulait avoir un avis sur une blessure par flèche interposée. Il me répondrait cependant bien vite.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 845
 Date d'inscription : 12/02/2016

 Crédits : juxebox joints(avatar) & tumblr (gif)

 Âge du personnage : 31 ans
Lun 2 Mai - 21:53  
 


messing with my head


Les attentats touchent une multitude de personnes et de façon totalement propres à chacune des personnalités de ces personnes touchées. J'en étais la preuve. Le jour même où j'avais eu le droit à une petite opération, j'avais été groggy et abattus mais serein pourtant en revoyant Casey ce jour-là. Le lendemain, alors qu'elle était en perdition, j'avais été le plus gros connard de l'histoire de l'Amérique et aujourd'hui, j'étais à nouveau perdu. Ces émotions étaient multiples, distinctes et pourtant je ne pouvais pas m'arrêter. Je ne pouvais pas cesser ces changements dans ma personnalité. C'était comme si quelqu'un avait pris part de moi, telle une marionnette et son marionnettiste. Calmement, j'avais choisi d'aller chez Lucy, cette femme veuve. J'avais besoin de parler de cette nuit, et aussi j'étais dans le coin.

Lorsqu'elle m'ouvrit, ses mots furent ceux-ci : « Eliott, je suis surprise de vous voir. Mais ne restez pas sur le pas de la porte, je vous en pris, entrez vous asseoir, vous serez sans doute plus à l'aise. » Elle dût le voir à mon visage crispé que la douleur était bien présente et que je ne pouvais pas réellement être à l'aise. Mais, je la comprenais, j'en aurais fait de même. « Désolé, de me présenter dans cet état chez vous, Lucy. C'est juste que j'étais dans le coin, j'avais pas envie de rentrer chez moi et vous êtes la seule personne que je connais dans le quartier, je dois vous avouer. » Je souriais et me déplaçais avec un peu de mal. Lorsque je fus dans la maison, ce fut la chaleur qui m'accueillit avec délice. Je fermais les yeux et me laisser bercer par la chaleur. Mais j'en revins rapidement à mes moutons. « En fait, j'étais pas réellement dans le quartier… J'ai pensé à vous en allant au commissariat... » Je me tournais pour lui faire face, désignant une chaise, attendant comme une invitation à m'y asseoir. L'avais-je tutoyer lors de la marche pour Iris, pensais-je? Je ne savais même plus. Mes pires souvenirs me revenaient plus à l'esprit que le reste. « Je me demandais pourquoi vous vouliez tant savoir si votre mari avait vécu un accident… type accidentel ou autre… Puis cela m'a fait penser... » Je n'avais pas besoin d'être mystérieux pour qu'elle comprenne mes paroles. « Que savez-vous d'Upsilon Lucy ? » ma question était un peu partie comme une balle, je dois l'avouer. « Pensez vous que cette organisation à quelque chose à voir avec le décès de votre mari ?  »
© TITANIA
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 12 Mai - 0:14  
 
    Pourquoi venait-il me voir ? Vraiment ? Je ne savais pas encore, mais nul doute qu'il me le dirait, rapidement, prochainement, une fois à l'intérieur. Je voyais encore clairement qu'il n'était pas au mieux de sa forme, mais comme tout bon officier de police, il n'aimait pas rester sans rien faire, à croiser les bras attendant que le temps passe, même dans un état plus que second. Il n'avait pas fumé, non, mais il était clairement blessé, je le voyais, je l'avais vu à l'hôpital après les attaques au stade. Je ne savais pas si de base il faisait partie de la population s'étant rendue au match ou s'il avait été là pour gérer la sécurité mais ça n'avait plus guère d'importance. Upsilon était en route pour resurgir, pour faire mal, pour chercher les personnes étant comme moi. Ils n'avaient pas eu ce qu'ils désiraient, du moins, je le pensais, mais cette première percée ne sera sans doute pas la dernière, ce n'est que le début. Et je peux vous dire que mentalement, je suis déjà prête au combat. Je suis certes veuve, mais libre comme l'air, je ne manquerais à personne si je disparaissais, en dehors de mes parents sans doute et de quelques autres individus. Il ne faut pas croire que je suis quelqu'un de froid, non, je ne le suis pas. J'ai mes défauts et mes qualités cependant. Bref, je ne m'attendais pas à la visite de Young, mais au moins, ma petite routine serait un peu bousculée ce qui ne pouvait pas me faire de mal. Son excuse ne tenait pas debout. Il était dans le coin alors il s'était décidé à venir me voir. Je n'y croyais pas personnellement. Même s'il était mal en point, il semblait être plus déterminé que jamais, et sans doute qu'il avait pensé à moi.

    " Vous devriez pensé à vous reposer un peu plus. Si vous recommencez à ce rythme là, je ne donne pas cher de votre peau dans quelques jours. Mais je suis comme vous. Je n'aime pas attendre et regarder le plafond en chien de faïence. Vous désirez quelques choses à boire, une petite collation ? "

    Peut être qu'il ne voulait rien boire, mais si c'était le cas, je proposais avant tout par pure politesse. Je me voyais mal ne rien lui proposer quand même. Puis, il m'avoua avoir penser à moi en allant au boulot. Si je n'étais pas surprise de cette pensée, mon sourire sur mes lèvres me fit comprendre intérieurement que ces pensées auraient pu ne pas être aussi chaste que cela. Mais je balayais cela d'un revers de la main. Enfin, je n'étais pas assez proche du policier pour savoir s'il était mariée, ou s'il avait une petite amie, mais pour le moment, même si j'étais veuve, je n'étais pas encore de retour sur le marché, la mort de mon mari étant encore trop fraîche. Je l'invitais donc à prendre place autour de la table, alors que j'apportais deux verres sur la table, avec une bouteille d'eau et trois bouteilles distinctes de sirops. Il n'aurait qu'à choisir ce qui lui plaisait le mieux. Puis, il n'y alla pas par quatre chemin pour me poser ces premières questions.

    " Au moins, vous ne tournez pas autour du pot 107 ans. Je ne sais pas grand chose d'Upsilon, je dois bien vous l'avez. Je me suis renseigné, je sais le rôle supposé que cette organisation a jouée durant les jours Sombres avant nos naissances. Après, la mort de mon mari a-t-elle un rapport avec cet organisation ? Je n'en sais rien, c'est une possibilité que je n'ai pas encore exclue, elle fait partie des nombreuses que j'ai en ma possession. "

    Peut être que je lui en disais trop ? Si je n'avais guère plus d'information à propos d'Upsilon, j'en avais sur mon passé, sur le passé de mon mari, et si cette organisation n'avait rien à voir avec sa mort, alors peut être que c'était tout simplement notre passé polonais qui faisait surface. Peut être que ce n'était qu'un simple accident de la route après tout, même si les circonstances de celui-ci sont pour moi trop étranges.

    " Mais vous êtes venus jusqu'à moi, c'est peut être que vous avez de nouvelles pistes ? A moins que ce ne soit les événements qui se sont déroulés au stade qui soit à l'origine de votre venue ici. Vous savez sans doute que j'y étais. J'ai eu la chance de m'en sortir sans égratignure ... mais peut être que ça ne sera pas toujours comme ça. "

    J'avais eu un instant de pause au moment de dire que je n'avais pas eu une égratignure. Cela n'avait pas été le cas du pauvre Eliott. Il semblait quand même mal en point, il me faisait un peu de peine.
Contenu sponsorisé
  
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love is a bullet in the head || Lucy
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» LUCY WEASLEY ▲ victory needs sacrifice.
» Lucy Green & Lyse-Marie Chartreaux
» Lucy Testarossa [Terminée] (dernieres retouches)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Penn Quarter :: Appartements-