AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

Intrigue #1 ◊ Tabula Rasa ◊ Groupe II

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Lun 21 Mar - 3:23  
 
Groupe II
Alyssa Novacco - Casey Williams - Lucy Ubolic - Mackenzie Kellaghan.


Les règles
◊ Vous avez 72h pour répondre entre chaque tour. Le troisième jour, vous avez jusqu’à 20h, heure française, pour poster votre réponse. Si vous êtes en retard, merci de nous prévenir dans le sujet approprié ici, nous en prendrons compte. Vous aurez 1h de plus pour répondre. Si après cette heure vous n’avez toujours pas posté, votre tour sera sauté. Il n'y a pas d'ordre de passage.

◊ Vous pouvez manquer jusqu’à 3 tours maximum. À chaque tour, un compte sera fait dans chaque groupe pour vous tenir au courant. Au troisième tour manqué, votre personnage sera mis KO et nous ferons en sorte de le sortir de là à la fin de l’intrigue.

◊ Pour toute question ou doute au sujet de l’intrigue, merci de les poser ici. Nous essaierons de répondre le plus vite possible. Si vous n’avez toujours pas de réponse au bout de 24h, vous pourrez nous envoyer un MP pour nous le rappeler. Aucune question ne sera acceptée sur la CB, par MP ou dans le flood.

◊  Pour chaque attaque envers un PNJ, le lancer de dé est obligatoire. Un dé pour une une action. Deux dés pour deux actions et ainsi de suite. Merci de rester réaliste. Si vous la jouez grosbillisme, nous vous pénaliserons. Si vous ne connaissez pas le système des dés, voici le sujet explicatif. Si vraiment vous ne comprenez pas, venez le dire ici, nous viendrons vous réexpliquer le tout.

◊ Si vous ne vous êtes pas inscrits à l’intrigue, elle ne vous est malheureusement pas ouverte. Il vous sera malgré tout possible, post-intrigue, de dire que votre personnage était présent. Il n’aura simplement pas été en contact avec les membres qui ont participé.


Pour les Sensers
◊ Les Sensers d’un même Cluster peuvent poster dans le groupe d’un autre membre du cluster si vous précisez dans un premier post dans votre propre groupe que votre personnage rend visite à l’autre membre.

◊ En cas de possession de corps, si vous tentez une action deux lancers de dés seront demandés. Un premier pour le membre qui prend possession du corps, un deuxième pour le membre dont le corps est possédé. Pour qu’une action réussisse complètement, les deux dés doivent être tombés sur oui.

◊ Il est possible de simplement communiquer sans poster dans l’autre groupe. Il suffit de rapporter les paroles de l’autre membre pour que le reste de votre groupe comprenne et suive la conversation.

◊ Un personnage Senser qui communique avec son Cluster reste en mouvement et à moins de l’entendre parler tout seul, aucun autre personnage ne peut voir de différences dans son comportement.  
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 4
 Date d'inscription : 29/01/2016

 Crédits : CL

 Âge du personnage : 75 ans
Lun 21 Mar - 4:55  
 
Montgomery Memorial Stadium, 17h30
Les mains croisées derrière le dos, Robert observe. Il voit, de son poste d’observation, la foule s’amasser à l’extérieur du stade. Les portes ne sont pas ouvertes, mais cela n’a jamais empêché le peuple de venir camper plusieurs heures avant le début du match. C’est une tradition aussi vieille que le monde et cela lui fait plaisir de voir que ça n’a pas changé. Les événements lors du recueillement pour Iris Paxton auraient pu en effrayer quelques-uns, mais s’il en croit ses yeux, cela n’a pas été le cas. C’est tant mieux. Il exècre l’idée que la peur s’invite à nouveau dans les rues de sa ville, de son pays. Il s’est battu corps et âme pour qu’elle disparaisse, il ne la laissera jamais revenir.

« Robert ! »

L’appel de son nom le force à délaisser la foule du regard et un sourire s’étire sur ses lèvres tandis qu’il serre la main de Chandler Young, son président. L’heure approche, bientôt ils se succèderont sur le stade pour prononcer leurs discours, continuer à rassurer la population. Main dans la main, sapiens et benders sauront traverser l’épreuve de ces meurtres terribles. La peur ne vaincra pas.

D’une main assurée et d’un sourire qui se veut accueillant, il serre la main de son président. Chandler Young est en avance et la surprise doit se lire dans son regard, parce que Chandler ne lui laisse pas le temps de parler.

« Je voulais m’assurer que tout se passe bien dans l’organisation. C’est un jour important, tout doit être parfait. »

« Et je suis certain que ton équipe saura s’assurer du bon déroulement de la soirée. »

L’efficacité des Services Secrets n’est un secret pour personne et Robert est très bien placé pour le savoir. Pas une once de doute ne s’installe dans son esprit. Chandler a, jusque-là, été un président hors pair. Digne de succéder à Adam. S’il n’avait pas été endeuillé, peut-être aurait-il été plus enjoué et plus expressif dans le soutien de ce nouveau président.

« Bien sûr. Tout sera bouclé et sécurisé jusqu’à la fin du match. Rien ne sera laissé au hasard. Il serait dommage qu'un événement dramatique vienne perturber cette soirée... »

L'heure approche. À l'intérieur du stade, la population de Washington, les yeux rivés vers une petite estrade aménagée, attend de voir apparaître le Président Young. Son allocution très attendue sera relayée par des journalistes triés sur le volet, assignés, pour la plupart, à la Maison Blanche. 18h30, Chandler Young fait son entrée avec, à ses côtés, Robert Montgomery. Les deux hommes saluent la foule avant de monter vers le micro d'où le Président s'exprime en premier.

« Mes chers citoyens ! C’est un honneur pour moi de me retrouver devant vous, dans ce magnifique stade. Je ne souhaite pas retarder le début du match, aussi serais-je bref. Adam Montgomery était un homme remarquable. Nous l’honorons au quotidien à travers ce stade rebaptisé en sa mémoire. J’espère sincèrement qu’à l’avenir d’autres soirées comme celle-ci verront le jour. Aujourd’hui, nous sommes tous réunis sous une seule et même appellation : Washingtoniens. C’est, je crois, ce qu’Adam Montgomery souhaitait. Merci de votre présence qui témoigne de l’amour que vous portiez à notre cher Adam. Je laisse maintenant la parole à son père, Robert Montgomery. »


Robert s'avance vers Chandler avec ce même sourire accueillant qui le caractérise pour s'emparer du micro. Il s'accorde une poignée de seconde pour regarder la foule pour capter leur attention, comme il l'a toujours fait avant chaque discours. Robert semble imperturbable et pourtant, une phrase le dérange depuis tout à l'heure. Expression ou menace voilée ? Comme l'a dit Chandler, rien ne devait être laissé au hasard. Et pourtant, il délaisse son discours plein d'espoir et si bien préparé à l'avance. Il regarde la foule devant lui, ne la lâche plus des yeux tandis que les mots s'échappent de ses lèvres.

« Merci Monsieur le Président. Il est vrai que mon fils aurait été fier de vous voir tous réunis dans ce stade de Pro-Bending ce soir pour célébrer ce sport qu'il chérissait tant. Il est même d’autant plus légitime que ce stade porte son nom, après tout, il était bien plus sportif que moi et avait même rêvé, pendant un très court instant, devenir un professionnel de Pro-Bending. » Petit rire teinté de nostalgie, qui réussit tout de même à faire sourire l'assistance. « Évidemment, je regrette son absence à mes côtés un peu plus chaque jour. Tout comme le Président, je serais bref. Je me contenterais de vous dire ceci : prenez soin des êtres qui vous sont chers, car on ne sait pas ce qui peut se passer demain, dans dix ans ou même ce soir. Faites bien attention à vous, à eux, mais également aux autres qui en ont besoin. Soyez vigilants, même lors de tels événements publics et médiatisés. La mort frappe tout le monde sans exception et l'ennemi n'a pas de genre, de couleur ou d'espèce, juste un but haineux. Ne l'oubliez pas. Merci de votre attention et bon match à tous. »

Il quitte l’estrade sans un regard vers la foule silencieuse qui pèse encore les mots de ce discours. Chacun cherche à y voir clair tandis que Robert Montgomery se soustrait à Chandler Young qui ne peut le suivre. Le Président rejoint sa loge. Le match peut commencer.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Lun 21 Mar - 4:56  
 
Washington vs. Miami, 20h14
La tension est à son comble. Sur le stade, les deux équipes sont à bout de souffle. Chaque point arraché par l’une est rattrapé par l’autre et malgré le fair-play apparent des huit joueurs, les esprits commencent à s’échauffer. La frustration de ne pas voir son équipe gagner gagne les fans qui hurlent à s’en arracher les poumons. Une frustration qui se communique aux membres des deux équipes. Épuisés, rincés, mais pris par l’adrénaline ils ne lâchent rien. Ou presque.

Le panneau d’affichage ne laisse aucun doute. Ce point sera le dernier. Et si personne ne marque, alors le tie-breaker viendra mettre un terme à ce match plus qu’impressionnant. Sous les cris toujours plus assourdissants, l’arbitre lance les hostilités. Le dernier set de la dernière manche vient de commencer et l’équipe des Washington Jackals a l’avantage sur les Miami Marlins. La tension est à son comble. La foule retient son souffle. Washington l'emportera-t-il ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Lun 21 Mar - 23:28  
 
Washington vs. Miami, 20h14

Les choses ne sont jamais aussi simple qu'on ne le pense, jamais, rarement en tout cas. J'aimerais me dire qu'elles peuvent être simples, mais derrière chaque action se cache un sous entendu. Je l'ai appris avec les morts récentes de ces benders, notamment celle d'Adam. Mais si je n'ai pas partagé cela avec les personnes que je connais déjà, ni même avec les membres de mon cluster. Aujourd'hui pourtant n'est pas un jour anodin, loin de là même, puisque c'est un jour de match. Je ne suis pas benders, je n'ai donc pas vraiment eu la chance de pratiquer ce sport mais je le regarde parfois à la télévision, ou comme aujourd'hui, je vais au stade. Je suis arrivée en avance, et j'ai revêtue la tenue adéquate avec un maillot des Washington Jackals, ainsi qu'un peu de peinture aux couleurs de l'équipe sur mon visage. J'espère qu'ils gagneront ce soir, mais je n'en ferais pas une formalité s'ils perdent même si je ne serais pas contente d'un tel résultat. Je suis là pour écouter les petits discours de notre président actuel, ainsi que de l'ancien président Robert Montgomery. Je ne peux pas m'empêcher à quelques parts de me sentir proche de ce dernier, parce que j'ai vécu les derniers instants de son fils, du moins, j'en ai bien eu l'impression. C'est comme ça que je suis devenue senser avec les autres membres de mon cluster. Pourquoi moi ? Je ne sais pas trop, mais il y a un jour de naissance en commun, ça j'en suis certaine. Au delà de ceci ? Je ne sais pas, pourquoi nous alors qu'il y a sans doute des milliers de personnes qui sont nées ce jour là dans le monde. J'écoute, je scrute donc les deux discours. Celui de Chandler Young est bien plus policé qu'on ne pourrait le croire, bref, concis, sans fausses notes à vrai dire, pas un mot de travers, sans doute bien préparé à l'avance. Celui de Robert Montgomery est au contraire bien plus instinctif, sans doute ne dit-il pas vraiment ce qu'il a préparé mais ce qu'il lui passe par le coeur à ce moment là. Que veut-il vraiment nous dire ? Serais-ce une mise en garde ? Serais-ce autre chose que cela ? Je le vois comme ça, et les visages autour de moi semblent un peu interrogateurs. Je garde cependant cela au fond de ma tête, mais je n'oublie pas. J'aurais eu envie d'avoir mon arc et mes flèches, au cas où, mais dans une manifestation comme celle-ci, je n'en ai pas le droit. Cela ne m'empêchera pas d'user de mes poings si nécessaire. Mais pour le moment, il n'y a pas de raisons de paniquer, et le sourire revient rapidement sur les visages. La flamme du jeu va arriver. Et c'est ce qui se produit. Le match est extrêmement serré, trop peut être mais nous soutenons notre équipe, nous sautons, nous crions, nous râlons aussi un peu. Il est 20h14, c'est la fin du match, la tension est à son comble, le stade est au bord de l'implosion de joie ou de tristesse selon le sort de ces derniers points. Qui va l'emporter ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mackenzie Kellaghan
Pitch Chocolat
 Messages : 546
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : tis0n & peekaboo ♥

 Âge du personnage : 25 ans
Mar 22 Mar - 19:58  
 
Tabula Rasa
Alyssa, Casey, Lucy & Kenzie
It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Rising up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night and he's watching us all with the eye of the tiger ▬ SURVIVOR

C’est la guerre. Il n’y a pas d’autre mot qui puisse exprimer son état d’esprit ce soir. C’est la guerre. Entre la peinture sur le visage, le maillot aux couleurs du bender terre des Jackals, le drapeau de l’équipe en guise de cape, Kenzie a tout de la fan idéale. Elle aurait l’air ridicule, si elle n’avait pas une comparse dans le même état qu’elle et c’est bien connu : à deux … non, même à deux elles ont l’air ridicules. Mais Kenzie applique les dernières touches de peinture sur son visage et fait clairement passer le messager : elle en a rien à foutre. Le pro-bending, c’est sa passion et même si les Jackals ne sont pas son équipe favorite, ça ne l’empêchera pas de leur hurler tout son soutien. Elle finira la soirée aphone, mais ce n’est pas bien grave. Au moins elle rendra ses élèves heureux demain.

La main dans celle de Casey, elle s’assure que Swann et Alyssa les suivent avant de se faufiler à l’intérieur du stade et de retrouver les places qui leurs sont réservées. Elle est la première à se faufiler dans la rangée et comme d’habitude lorsqu’elle est en ces lieux presque religieux à ses yeux, elle ne fait pas attention et met les pieds là où il ne faut pas. C’est comme ça qu’au moment de s’assoir, elle manque de se ramasser dans les bras d’une parfaite inconnue. Brune. Plutôt jolie.

« Pardon ! »

L’excuse est sincère, mais son attention se repose immédiatement sur Casey dont elle tient toujours la main puis à ses deux autres amies.

« Ok on ouvre les paris ! La perdante paie la première tournée de la soirée ! Les Jackals vont gagner ! 3-2 ! »

C’est la guerre ! Les Marlins ne sont pas une équipe facile à battre et Kenzie le sait. Au fond, elle sait qu’elle se trompe. Les Jackals vont perdre, mais son accoutrement ne lui permet pas de parier sur autre chose que les Jackals. La meilleure chose qu’elle puisse faire, c’est parier sur un match serré.

Elles ont à peine le temps de se serrer la main pour rendre le pari officiel : Chandler Young et Robert Montgomery se tiennent face à la foule. Sans s’en rendre compte, Kenzie retient son souffle. Le discours du président est bref et concis. Rien de nouveau sous la lune. Et Kenzie a presque envie que Montgomery ne parle pas pour que le match commence. Elle admire l’homme. Sa politique lui a permis de vivre libre d’être ce qu’elle est. Sa politique a permis le développement de ce sport même qu’ils vont célébrer. Mais l’excitation est intense et elle sent déjà l’adrénaline commencer à se libérer. Presque comme si c’était elle qui monterait sur ce terrain et affronterait les Marlins. Distraite, elle jette un regard à Swann. Elles feraient une équipe de tonnerre en championnat professionnel elle n’en a aucun doute.

La voix solennelle de Montgomery et son discours bref, mais perturbant lui font l’effet d’une douche froide. Si elle n’était pas certaine que rien n’arriverait au stade, par la simple présence du président et de son équipe de sécurité, elle aurait presque peur. L’inquiétude disparaît aussi vite qu’elle apparut cependant. Dès l’instant où le président rejoint sa loge et où Robert Montgomery rejoint sa place, l’excitation la fait à nouveau vibrer.

C’est la guerre ! Elle avait raison ! Le match est si serré, qu’elle n’ose même pas cligner des yeux. Son cœur bat à un tel rythme qu’elle se sent presque essoufflée et sa gorge est en feu d’avoir tant crié, mais elle ne s’arrête pas pour autant. La trépidation et l’adrénaline lui donnent envie de monter sur le terrain et de frapper les disques de terre en direction de l’adversaire, mais elle ne peut pas. Enracinée à sa place, elle se contente de sauter et de hurler et d’attraper Casey, ou Alyssa ou Swann, sous l’euphorie ou la frustration. Elle n’a pas vu l’heure passer, mais elle voit bien que le match touche à sa fin. Elle voit bien que les Jackals sont sur le point de gagner. Peut-être, lui murmure la prudence. Elle sait que rien n’est joué. Mais ça ne l’empêche pas de hurler lorsque le dernier set commence en fin. Ce match aura sa mort.  


© Gasmask
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 353
 Date d'inscription : 13/02/2016

 Crédits : Eclatic

 Âge du personnage : 25 ans
Mer 23 Mar - 13:52  
 
Tabula rasa II
Lucy, Mackenzie, Alyssa & Casey



Casquette à l’effigie de l’équipe de Washington, peinture sur les joues, j’étais fin prête pour LE match de Pro-Bending. Et en plus, cette fois, j’y allais avec Kenzie. Ça ne pouvait qu’aller… A dire vrai, j’ai commencé à avoir un doute quand j’ai vu Alyssa. Elle, c’est une piste que je ne compte pas lâcher. Je la soupçonne d’être une Senser, et je finirai par avoir une preuve. Mais étrangement, pour une fois, j’ai mis ma curiosité journalistique de côté. Ouais, pour une fois, je me suis concentrée sur Kenzie et Swann, et le match. Peut-être que j’ai retenu une leçon quelque part, sur l’ingérence du métier dans la vie perso…. nan, moi-même je n’y crois pas vraiment.

La main dans celle de Kenzie, ce qui nous attire d’ailleurs quelques regards curieux, je traverse la foule à la recherche de nos places. Pffff, certains ne sont clairement pas de vrais fans de Pro-Bending ou des Jackals. Pourquoi venir à un match si c’est pour ne pas jouer le jeu ? Autant rester chez soi dans son canapé avec une bière. Par contre, il y en a une qui ne perd pas son temps. D’un œil amusé et alors que j’ai toujours mes doigts entrelacés aux siens, je vois que Mackenzie envisage déjà de s’assoir sur une nouvelle conquête ! Je l’aide à se relever, avant de déposer un baiser sur sa joue et de regarder la jeune femme.

« Désolée, un jour j’arriverai à faire en sorte qu’elle ne m’abandonne pas dès qu’elle voit une belle brune, hein chérie ? »

Une petite caresse sur la joue de Kenzie, histoire de parachever le tableau et on prend place, ma bêtise m’aura au moins fait rire. Faudra vraiment que j'arrête cet humour quand sa fiancée sera là par contre...

« 3-2 pour les Jackals, je te suis ! »

En vrai, je ne parie jamais, je perdrai tout le temps, mais on est là pour le fun et l’amusement.  Ça… faut croire que l’univers veut me contrarier. Ce n’est pas le discours de Montgomery qui m’assombrit, c’est la présence de Chandler Young. Forcément, même si je ne veux pas y penser, ça me renvoie en pleine figure l’entretien que j’ai eu il y a quelques jours avec Eliott. J’ai une pensée aussi pour mon frère, qui me manque, quand il nous dit de prendre soin de nos proches… ma main se resserre sur celle de Kenzie.

Néanmoins, dès que les discours sont enfin passés, les choses sérieuses peuvent commencer. Je me mets à crier, à scander le nom des Jackals, toujours plus fort, à vibrer comme si j’étais sur le terrain avec eux, à sauter toutes les 6 secondes – je dois d’ailleurs bien énerver les gens derrière moi mais tant pis. Ils vont gagner ? Genre, ils peuvent vraiment gagner ? Je bouillonne, mon pouvoir aussi, je le sais. Je saute dans les bras de Swann, et même d’Alyssa, je regarde tout le monde sans vraiment les voir. J’hurle à pleins poumons, comme si ma vie en dépendait.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Mer 23 Mar - 22:29  
 
Tabula RasaLes matchs de pro-bending sont les moments que je préfère. La population est si excitée que les tourments sont oubliés. On pardonne son ennemi le temps d'un soir, si vraiment on est d'humeur joyeuse. Mais surtout, on fricote. Vous me direz que je ne pense qu'à mettre quelqu'un dans mon lit et vous n'aurez pas tort. On trouve son plaisir dans tout ce que l'on peut, n'est-ce pas ? Ce n'est pas encore une addiction, j'arrive à me contrôler un minimum. Beaucoup plus qu'avec le liquide brûlant si froid. La première chose que je fais donc en arrivant est de regarder autour de moi. Les sourires fendent les visages et la joie ne m'atteint d'aucune façon. J'ai accepté de venir avec Mack et Swann. Pas avec Casey. Je ne la connais pas, à peine de nom. Mais je ne la sens pas. Je ne lui fais pas confiance. Je veux dire : si je faisais confiance aux gens, je ne lui ferais pas confiance à elle. C'est la fouine par excellence et sa mascarade avec Mack me fait plus grimacer qu'autre chose. Je suis du genre aigre, comme fille, que voulez-vous. Quand mon amie trébuche sur Lucy et que Casey la rattrape façon films à l'eau de rose, j'ai presque envie d'en vomir. Ce n'est pas contre l'une ou l'autre, plus contre l'eau de rose. J'ai franchement du mal avec les démonstrations d'affection. En arrivant au niveau de Lucy, je la salue avec un sourire amical. Nous n'avons pas le temps de discuter mais nos regards ont le temps de se croiser. Je ressens son excitation. Peut-être réussira-t-elle à discerner ma colère et mon amertume, toujours présentes peu importe mon niveau de satisfaction ou mon excitation. « Passe un bon match ! ».
Et nous allons nous placer tandis que j'attrape le bras de Swann en profitant un minimum de sa compagnie tout en cherchant des yeux une potentielle proie. « Je dis 3-2 pour les Marlins » J'annonce mes pronostiques avec un petit sourire en biais. Évidemment, je supporte l'équipe de ma ville. Le T-Shirt à leur effigie sur ma poitrine le prouve. Mais le piment est ce qu'il y a de meilleur dans la compétition. Une fois installées, Chandler Young prend la parole. J'écoute à moitié son blabla habituel. Son texte était clairement écrit à l'avance et je me demande s'il l'a été par lui. Mais j'essaye de me concentrer un peu plus lorsque vient le tours de Robert Montgomery. J'aimerais comprendre son mode de fonctionnement après la mort de son fils et ce qu'il s'est passé lors de la marche. Il laisse à peine passer sa tristesse et nous parle avec bienveillance. Je veux croire à sa sincérité. Mais peut-être s'est-il trop laissé emporté. Ses dernières paroles me restent en tête un moment, peu rassurantes.
Puis le match commence. Et si je regarde plus les spectateurs que les joueurs pendant les deux premières manches, je commence à m'échauffer aussi lors de la dernière. Le score est serré et la foule en délire. Tout le monde se crispe face au moindre choc contre son équipe. Tout le monde hurle à la moindre opportunité. Les embrassades sont nombreuses et je les accepte sans broncher, trop concentrée sur les participants pour protester. Arrive alors les dernières minutes. Le stade retient son souffle. La fin se fait sentir mais rien n'est encore fini. Tout peut encore changer.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Jeu 24 Mar - 19:38  
 
Avant Propos
En ce jour du 24/03/2016, nous tenons à nous excuser des événements qui vont se produire dans cette intrigue. Nous sommes de tout cœur avec Bruxelles et la Belgique tout entière, ainsi qu'avec Paris et toutes les villes et pays qui ont été touchés et sont encore aujourd'hui touchés par les attentats.

Avec tout notre amour : vos dévouées admins qui espèrent que vous vous amuserez quand même .


Montgomery Memorial Stadium, 20h20
Deux minutes et cinquante secondes. C’est le temps qu’il faut pour que le dernier Marlin tombe à l’eau. Deux interminables minutes et cinquante terribles secondes pour que les Jackals gagnent et que le stade se mette à vibrer sous les hurlements et les applaudissements et les sauts de joie. Elle n’a pas été volée cette victoire. Elle a été méritée et arrachée de justesse contre une équipe pourtant meilleure. Rien ne pourrait gâcher le bonheur des fans présents. Rien ne pourrait noircir cette soirée merveilleuse. Les paroles de Robert Montgomery sont bien loin des esprits, trop obnubilés par la recherche du lieu parfait pour continuer à célébrer.

Les secondes défilent, quelques chanceux réussissent à passer les portes du stade. Parmi eux, Chandler Young et Robert Montgomery. Et ce n’est que lorsque les secondes se transforment en minute et que le président rejoint sa voiture blindée que le stade tremble.

La panique. Un violent assaut qui prend soudainement à la gorge les millions de personnes rassemblées dans le stade. On hurle, on court, on se précipite vers la sortie la plus proche. On tente de sauver sa vie. Au milieu du chaos il devient difficile de discerner quoi que ce soit. Une épaisse poussière asphyxie les poumons, fait pleurer les yeux. Emportés par le mouvement de la foule, Alyssa, Casey, Lucy et Mackenzie ne distinguent plus rien. La terre tremble encore sous leurs pieds. Impossible d’évaluer les dégâts. Chacun se laisse porter par l’autre sans vraiment savoir vers quelle direction cet autre les emmène. Il n’y a pas de sortie de ce côté, seulement l’arène et la large piscine. Des barrières impossibles à franchir les empêchent de rejoindre un abri de fortune au milieu du terrain. Le stade s’effondre derrière eux, la peur gagne du terrain. Trois hommes armés les forcent à se tenir contre les barrières, empêchant toute retraite vers les portes de sortie. Pour espérer quitter ce chaos, il faudra les affronter.


Informations HRP
◊ Les choses sérieuses commencent : vous êtes à présent pris au piège et votre seule chance pour vous en sortir est d'affronter les hommes armés.
◊ À l'instant même où les bombes explosent, un gaz est libéré dans l'enceinte du stade. Ce gaz est inodore et indolore, vous ne pouvez donc pas le sentir. Il n'a qu'un seul effet : bloquer les pouvoirs des benders. Vous venez de respirer le gaz, votre bending peut donc fonctionner ce tour-ci, mais vous êtes bien moins efficace.
◊ Vous êtes en compagnie d'autres spectateurs qui sont eux aussi pris au piège, n'hésitez pas à interagir avec eux.
◊ N'oubliez pas que l'utilisation du bending ou une action/attaque contre les PNJ armés demande l'utilisation du dé.
◊ Vous avez jusqu'au 27/04, 20h pour poster.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 24 Mar - 21:52  
 
Washington vs. Miami, 20h20

Alors que je suis en place, une jeune femme manque de se vautrer sur moi. Ce n'est pas très grave ça arrive et son amie, sa "petite" amie peut être, la rattrape et cela me fait sourire. Je vois alors une élève a qui j'ai prodigué quelques cours récemment, c'est Alyssa, je lui souris lorsqu'elle me salue sobrement.

" Oui, toi aussi. "

Mais déjà elle est en place et le match ne devrait pas tarder à commencer à présent. Les pronostics sont là, et j'espère que les Jackals vont l'emporter, en même temps, c'est ma ville donc cela me parait logique, et puis, je suis à leurs couleurs, donc je ne vais pas encourager l'équipe adverse. Le match est serré comme tout le monde le savait, comme tout le monde l'avait prédit et mon équipe l'emporte finalement. J'en suis très heureuse, je saute sur la personne à côté de moi alors que je ne la connais même pas, mais elle me prends dans ces bras, nous l'avons fait, c'est un bon jour qui se présage, comme à chaque fois que le jour a un goût de victoire. Il est temps maintenant, de fêter cette victoire en dehors du stade avec les autres personnes. Je vois Alyssa qui est là, alors que l'équipe pour laquelle elle avait parié à perdu, ne croyant pas en notre équipe un peu moins forte sur le papier. Alors que je me retrouve à quelques mètres d'elle le stade se met à trembler, d'un tremblement inhabituel : une explosion a eu lieu. Je n'ai pas été proche de celle-ci mais la poussière qui se dégage de l'explosion nous arrive dessus, la foule est prise de panique alors qu'elle ne devrait pas l'être, mais je ne peux rien faire contre le mouvement de celle-ci, je suis emportée dans le flot, je ne vais pas frapper quelqu'un qui n'a rien demander, ce serait le début d'une anarchie déjà bien assez présente. J'essaye cependant de me caler dans un coin, mais je n'en ai pas le temps. Impossible d'évaluer les quelconques dégâts et je n'ai évidemment pas mon arc sur moi, avec les flèches qui iraient bien. C'est alors que je vois ces hommes. Ils nous font signe de nous tenir contre les barrières. Après l'explosion, le stade commence à s'effondrer. La situation est devenue critique en quelques minutes, nous sommes passés de la victoire de notre équipe à une défaite d'un tout autre genre. Mon regard se fait noir sur ces personnes. Je me dis que si j'avais été benders peut être que les choses auraient pu se passer autrement, que j'aurais pu agir sur l'air, l'eau ou le feu, mais je pense que cela ne sera pas efficace. Pour le moment, je jauge la situation critique. Je ne vais pas pouvoir agir, pas tout de suite, pas avec mes maigres forces en tout cas. Je me sens presque nue, mon arc aurait largement pu nous servir. Il va falloir la jouer de façon fine avec ces hommes. Il va falloir faire preuve de courage, il va falloir SURVIVRE ! C'est alors que les paroles de Robert Montgomery me reviennent en mémoire avec l'effet d'un boomerang. Savait-il que cela allait se produire ? Se doutait-il de quelques choses ? Est-il le responsable de tout ce cirque ? Je ne saurais dire, mais si je survis à ce qui ressemble à une prise d'otage, je tenterais de lui en toucher deux mots. Je me disais bien aussi que la mort de ces trois benders n'était qu'un prémisse des mauvaises choses à venir.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 353
 Date d'inscription : 13/02/2016

 Crédits : Eclatic

 Âge du personnage : 25 ans
Ven 25 Mar - 16:57  
 
Tabula rasa II
Lucy, Mackenzie, Alyssa & Casey



On a… on a… ON A GAGNE !!! Je hurle de joie en sautillant partout comme une puce et en sautant dans les bras d’un peu tout le monde. Alors là, y a pas, il faut célébrer ça, c’est juste obligatoire. Les bars vont faire le plein, c’est évident. Enfin, si on arrive à sortir du stade, parce qu’il y a vraiment beaucoup de monde. Mais ce n’est pas grave l’euphorie est là alors pas grave si on est bousculé et que ça prend un peu de temps. Sauf que… je me fige tout à coup, en entendant ce retentissement et en sentant ce tremblement. Ma tête se tourne en direction du bruit, mais je ne vois rien et je dois avouer que je suis totalement paniquée. Un vrai mouvement de foule, je ne comprends rien à ce qui se passe, mais ça crie, ça se pousse. Machinalement, je cherche la main de Kenzie, et mes yeux commencent à me piquer, mes poumons à brûler… De la fumée, on n’y voit pas bien loin ! Je ne retiens pas mon hurlement quand la terre tremble de nouveau. Un tremblement de terre ou plus grave encore ? Je ne comprends rien, un milliards d’idées plus horribles les unes que les autres traversent mon esprits. Il faut qu’on avance, qu’on sorte de cet enfer…

Sauf que rien ne va comme prévu. Tout à coup, on se retrouve nez à nez avec des armes. J’ignore par quel miracle je parviens à ne pas me pisser dessus mais c’est vraiment de justesse. On ne peut pas sortir ! On ne peut pas sortir ! Je me tourne vers Kenzie et…

« Swann ? Swann !!! »

Elle n’est pas là ! Pourquoi elle n’est plus là ? J’arrive à distinguer Alyssa, et la nana que Kenzie a bousculé tout à l’heure, mais où est Swann ? On ne peut vraiment pas rester là… Seulement la seule issue est bloquée par ces tarés. Que faire ?! Les gens sont encore plus paniqués, maintenant qu’ils ont vu les armes. Il faut faire quelque chose, on ne peut pas rester juste là, comme ça… mais quoi ? On peut faire quoi contre ce genre de type sérieusement ? Leurs armes sont pointées sur nous… Il faudrait bien passer pourtant. L’espace d’un instant, je me dis qu’une petite boule de feu dans leur tronche ne leur ferait pas de mal, mais il y a trop de monde autour de nous. Même si je maitrise, il y aurait un sacré risque de faire des dégâts et surtout des dommages collatéraux. Je me penche alors un peu vers Kenzie, de façon à n’être entendue que par elle.

« Est-ce que tu crois que tu peux faire quelque chose avec la terre ? Genre les encercler d’un mur de terre ou j’en sais rien, et je leur balance une boule de feu rien que sur eux ? »

En tout cas je ne suis pas MacGyver, c’est clair, et les hommes ne sont pas des militaires. Braillant contre les pauvres devant nous, ils n’avaient vraiment pas l’air commode, et l’un d’eux, me voyant trop proche de Kenzie, dirigea son arme vers moi.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mackenzie Kellaghan
Pitch Chocolat
 Messages : 546
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : tis0n & peekaboo ♥

 Âge du personnage : 25 ans
Ven 25 Mar - 19:42  
 
Tabula Rasa
Alyssa, Casey, Lucy & Kenzie
It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Rising up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night and he's watching us all with the eye of the tiger ▬ SURVIVOR

Et bam. Pari gagné. Les bras levés, elle pousse ses cordes vocales jusqu’au bout en hurlant. Ça, c’est de la victoire. Ça c’est de la putain de victoire. Arrachée à la sueur et à la douleur. Et putain elle rêverait de participer à un match pareil. Un instant, rien qu’un instant, elle imagine être à la place des Jackals qui se réunissent au milieu du terrain et s’effondrent comme des dominos. Ils l’ont tellement mérité, qu’elle pourrait en pleurer. Mais à la place elle rigole et elle enlace ses amies. Même Alyssa. Qui n’est pas une amie. Mais qui en est quand même une. Et elle pourrait embrasser Casey dans l’euphorie. Si elle n’était pas déjà prise et amoureuse. Elle l’embrasse sur la joue à la place et la serre dans ses bras.

Ce qu’il y a de bien dans ces moments-là, c’est qu’il n’y a pas besoin de communiquer. Tout le monde sait que la soirée va finir dans un bar. Mais ce qu’il y a d’encore mieux c’est qu’avec ce groupe, défaite ou victoire, la fin de soirée dans un bar était assurée d’avance. Le tout à présent, c’est de sortir. Kenzie a l’habitude d’attendre. Le nombre de spectateurs est impressionnant et il l’est encore plus lorsqu’on est sur le terrain. Elle a l’habitude du bruit aussi. Et des émotions fortes qui se partagent d’individu en individu. Parce qu’ils sont tous si serrés que tout est palpable et communicatif. C’est pourquoi lorsque le stade se met à trembler elle se calme en même temps que tous les autres. Elle ne se laisse pas prendre par la panique, mais elle laisse la foule la porter parce que ça ne sert à rien de lutter. Elle fait bien attention de ne pas lâcher Casey, cependant. Elle aurait aimé avoir suffisamment de mains pour tenir ses affaires, Casey, Alyssa et Swann, mais ce n’est pas le cas. Et lorsqu’avec Casey et Alyssa elle se retrouve coincée contre les barrières de sécurité au-dessus de la piscine, lorsque les trois hommes armés les empêchent de passer, lorsqu’elle entend Casey hurler le nom de Swann, c’est là que Kenzie commence à paniquer.

Elle ne devrait pas, elle le sait. Swann est une grande fille. Elle n’a pas besoin d’aide pour se défendre. Mais putain. Qui aurait cru que l’atmosphère changerait aussi vite ? Passer de la joie à l’horreur en aussi peu de temps était inimaginable et pourtant… Elle ne se fait pas d’illusion. Les explosions et les effondrements ont tué du monde. Et les paroles de Montgomery lui reviennent en tête. L’avait-il su ? Était-il responsable ? Non. Après tous ses efforts pour amener la paix et après la mort de son fils, il n’était pas capable de commettre un tel acte, si ?

Elle ne se pose pas plus de questions. La voix de Casey parvient à ses oreilles. Elle pourrait essayer. Mais ses émotions sont trop fortes. Elle n’est pas concentrée. Elle sait d’expérience que cela pourrait courir au désastre. Mais le désastre est déjà là. Et l’homme qui pointe fermement son arme sur Casey la met en colère. Poings serrés, elle enlève ses chaussures et frappe le sol du pied.

Dé:
 

Elle n’a pas besoin de regarder les hommes pour savoir que son action n’a pas eu d’effet. Elle le sent. Elle ne pourrait pas expliquer pourquoi ni comment, mais elle le sent. Ou plutôt, elle ne sent presque rien.

« Casey ? »

C’est au tour de ses chaussettes de disparaître. Elle a attiré l’attention des affreux, elle le sait, elle les voit, mais elle s’en ficherait presque. Il n’y a aucune vibration sous ses pieds, en dehors de celles causées par les effondrements qui continuent. Elle ne sent pas sa connexion à la terre, comme elle en a l’habitude. Et à chaque inspiration, cela empire.

« Je sens rien. »

Déchirée entre panique et colère, elle est obligée de retenir ses ardeurs pour ne pas sauter sur les… qui sont-ils de toute façon ?

« Vous êtes qui putain ? Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Comment est-ce que vous avez fait disparaître mon bending ? » Est la question qu’elle ne pose pas. Elle a bien trop peur de la réponse.
 


© Gasmask
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Ven 25 Mar - 19:42  
 
Le membre 'Mackenzie Kellaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' :
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 26 Mar - 20:47  
 
Tabula RasaA peine notre cerveau a-t-il le temps d'enregistrer l'information que nous crions déjà de joie. Oui, même moi. Après tout, victoire veut dire spectateurs plus enclins à passer une très bonne soirée. Swann me soulève dans les air et je cris les poings levés. Mack me prend dans ses bras et cela ne me gêne pas. Je la serre même un peu, à mon tour. Même Casey. Je profite de l'euphorie. Quelques secondes pour ne penser à rien. Quelques secondes pour oublier. Avant que tout ne tourne au désastre.

Je ne sais pas ce qui me fait réaliser en premier. Le tremblement ? Le bruit ? Le mouvement de foule ? Mais elle est là, la terreur. Il n'est plus question de bar, plus question d'alcool ni de conquête. Tout ce qui compte c'est sortir. S'en sortir. Je me laisse emportée par la foule, sans forcément le vouloir, sans vouloir résister non plus. En un instant, j'ai perdu Swann de vue. Une seconde elle était là, l'autre elle avait disparue. Je la sais forte et mon cerveau ne veut pas s'inquiéter, ne veut pas déroger à ses principes, mais ma conscience sait très bien ce qu'il en est.
Nous arrivons devant des hommes armés nous barrant le passage. Ce n'est pas la peur qui m'envahit, c'est la haine. Je les hais de faire vivre cela à des centaines d'innocents. Je me fous de moi mais eux ne méritent pas ça. Forcément, je repense aux paroles de Montgomery. Était-il au courant ? Nous a-t-il tendu un piège ? J'en vomirais presque à l'idée mais après tout, tout est possible. Ce monde est fait de vices et non de paix. Tout le monde le sait et en fera les frais. D'une manière ou d'une autre, les citoyens seront toujours les premières victimes des erreurs des diplomates. Parce qu'ils dirigent à l'aveuglette. Et nous sommes en plein jour, si faciles à piétiner.
Je vois Lucy non loin de moi. Casey et Mackenzie sont plus en avant, elles discutent et je n'essaye pas de savoir de quoi. Pas le temps. A ma droite, un adolescent cri, bousculé par ceux qui, plus tôt, s'embrassaient. J'y vais sans réfléchir. Je l'attrape par le bras et le ramène vers notre notre groupe, où les gens commencent à comprendre qu'il n'y a plus lieu de courir. Sauf que l'enfant trébuche. Sur le pied d'un des hommes qui nous séquestrent. Sans même me demander ce que je suis en train de faire, je m'accroupis près du garçon et le protège de mon corps. Empêchant l'autre de l'atteindre. Il y a un moment de flottement. Et j'en profite pour relever rapidement le gamin. Nous partons. Loin de l'autre. Vers Lucy, Mack et Casey, qui m'ont l'air d'avoir bien des problèmes, elles aussi.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Dim 27 Mar - 20:56  
 
Montgomery Memorial Stadium, 20h30
Ils se dressent, immobiles, armes aux poings, prêts à intervenir et, peut-être, à abattre leurs opposants. A leur merci, les victimes de l'attaque n'ont aucun moyen de leur échapper. Ils ont un avantage certain, invisible. Cet avantage se manifent enfin tandis que Mackenzie tente d'user de son pouvoir, en vain. Elle ne parvient qu'à former un amas ridicule de terre. Un des hommes ricanne tandis qu'ils choisissent d'avancer ensemble et enjambent le petit cercle de pierre pour s'approcher des jeunes filles. Ils refusent de leur répondre, se contentent de les observer, sourire aux lèvres, un air moqueur détestable. L'un d'eux braque son arme sur Alyssa, la stoppant net dans ses mouvements. Tout à coup, de la tribune des commentateurs s'élève une voix rauque. « Vous pensiez pouvoir goûter à la liberté. Vous pensiez que nous vous laisserions en paix. Vous pensiez que les actes de Robert Montgomery nous tairaient. Vous aviez tort. Nous sommes Upsilon et l'ère des mutants est terminée. » Après la panique, le silence glaçant. La révélation choque, interpelle chaque individu à sa façon. On tente de se ressaisir, de reprendre ses esprits et d'assimiler l'information. Pas le temps. La voix reprend plus fort. « Si des sensers sont parmi-vous, qu'ils se montrent et nous ne feront de mal à personne. Qu'ils se cachent et nous tireront. Vous avez dix minutes. » Silence. On s'observe, on réfléchit, on ose rien dire. Une femme assise au sol, blessée à la jambe, se met à pleurer et à implorer. « Rendez-vous ! C'est vous qu'ils veulent ! » Des murmures s'élèvent des survivants, on veut donner les sensers, on veut les protéger. 10 minutes. Tic, toc, tic, toc. Les secondes s'égrènent. Le choix vous appartient.


Informations HRP
◊ Désormais il vous est impossible de réussir vos actions de bending.
◊ Vous faites désormais face à deux ennemis : les hommes armés d'Upsilon et d'autres spectateurs qui veulent leur livrer les Sensers.
◊ Vous avez jusqu'au 30/03, 20h pour poster.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 353
 Date d'inscription : 13/02/2016

 Crédits : Eclatic

 Âge du personnage : 25 ans
Lun 28 Mar - 15:30  
 
Tabula rasa II
Lucy, Mackenzie, Alyssa & Casey



Merde, pourquoi ça ne fonctionne pas ? Kenzie maitrise normalement ! La peur ? J’essaye moi-même d’appeler mon don… mais rien à faire, ça ne prend pas. Je ne comprends pas ! Je n’ai pas encore acquis la maitrise totale de mon bending mais ça ne m’est jamais arrivé d’être impuissante comme cela. Et ça, c’est limite plus inquiétant encore que ces armes braquées sur nous. Mais ce n’est pas le plus inquiétant de tout. Non… c’est cette voix qui s’élève et qui me fait immédiatement lever la tête vers la tribune. Ces mots… leurs mots… Et ce nom… Upsilon. Je sens que mon sang ne fait qu’un tour dans mes veines. Alors j’avais en partie raison. Upsilon n’est pas mort. Upsilon n’a pas cessé d’exister. Tout me revient, les histoires de ma famille, la peur qui s’entendait encore dans la voix de ma mère. Je me sens mal, j’ai envie de vomir et je m’en veux de n’avoir pas trouvé plus tôt de preuve de leur existence aujourd’hui. Si je pouvais les carboniser sur le champ, je le ferai. Et la suite… Voilà qu’ils ne s’en prennent plus aux Benders mais aux Sensers ! Toujours à traquer ce qui est différent. Bande de salopards. Mon regard a glissé instinctivement sur Alyssa que je soupçonne depuis un moment.

Une femme commence, puis d’autres. Donner les Sensers ? Les balancer pour sauver son propre cul ? Comme la famille de mon père biologique a pu dénoncer les Benders de ma famille maternelle ? Et puis quoi encore ? Je regarde rageusement les lâches qui proposent d’accepter ce marché. On ne peut pas faire ça juste à cause de la peur et de la différence. On ne peut pas.

« Arrêtez vos conneries ! Vous parlez de livrer des gens à des tarés ! Et s’ils les tuaient ? C’est Upsilon ! Et si votre fils était Senser sans que vous ne le sachiez ? Ou vous, si votre sœur en était une ? »

L’ennemi est là-bas. Si on se met à se balancer les uns les autres, on n’a pas fini. Peut-être que c’est mon héritage qui me dépasse, mais je ne laisserai personne se faire arrêter pour ce qu’il est, pas plus que j’accepterai qu’on en dénonce juste pour rester tranquillement en sécurité. Je ne sais d’où ça vient mais j’ai fait trois pas vers les hommes armés, les regardant fermement.

« Bon courage pour les trouver. »

Et je croise les bras, bien plantée sur mes pieds. C’est probablement la plus belle – et certainement la dernière connerie – de ma vie, et à l’intérieur, mon cœur bat à cent à l’heure. Mais il n’est pas question que je bouge.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Mar 29 Mar - 15:30  
 
Washington vs. Miami, 20h30

La situation était mauvaise, plus que cela même, mais pour le moment, j'étais dans une position d'attente d'observation. Je n'avais pas mon arc, ce qui me chagrinait un peu, parce que dans ces circonstances, il aurait pu grandement servir. J'ai le contrôle de celui-ci à 100%. Les benders peuvent quant à eux perdre parfois plus ou moins le contrôle. Surtout que cette attaque n'était pas anodine, j'en étais plus que persuadé. Si dans le moment, j'étais partie dans l'ambiance, Montgomery nous avait envoyé un message, et les derniers propos de son fils me revenait en pleine figure : Upsilon. Est ce que je devais croire que nous en étions revenus à ce moment là ? Je ne savais pas, mais je rangeais cela dans un coin de ma tête, pour faire face à la menace immédiate, ces hommes nous voulait du mal, à nous, à tout le monde. Pourtant, les gens dans leur globalité sont paniqués, ils ne savent plus quoi faire. Ils ne devraient pas agir de la sorte, mais c'est ce que ces hommes veulent, que tout le monde panique pour faire un maximum de victimes. Mais, je ne suis pas du genre à paniquer, même si je ne peux cacher avoir peur de la finalité de la chose. J'ai peur de mourir, j'ai peur de rejoindre mon défunt mari, même si je suis certaine que je serais peut être mieux à ces côtés. J'ai pensé à cela, plusieurs fois, mais je n'ai pas eu le courage de le faire. Alors, autant avoir le courage d'affronter ces hommes là, peut être pas tout de suite, peut être pas maintenant, mais une fois que j'aurais trouver un angle d'attaque suffisamment efficace. J'observe alors du coin de l'oeil les jeunes femmes accompagnant Alyssa. Ce sont des benders, l'une d'entre elle frappe le sol avec sa chaussure, une bender de terre, assurément. Mais j'ai peur que sa tentative ne soit infructueuse malheureusement. Elle a peur, très peur même, elle est nerveuse, mais au point où nous en sommes, cela ne peut pas être pire. Un petit cercle de pierre sort alors de terre mais il n'est clairement pas assez haut, ils n'ont qu'à l'enjamber pour le passer, rien de plus à faire. Je l'avais sentie, et cela s'était réalisé même si la tentative était tout à fait louable. Elle se rend compte que sa tentative a échouée. Elle commence donc à s'exciter sur les hommes. Quant à moi, je me pose un tas de questions. Ne serions-nous pas le but de cette attaque ? Upsilon n'aurait-il pas eu vent de l'arriver des sensers ? Ne l'aurait-il pas simplement provoquer pour avoir à nouveau du grain à moudre pour faire revenir à la surface des jours plus sombres encore ? Qui ne nous dit pas que la mort des benders d'aujourd'hui ne formera pas d'autres clusters ? Parce qu'il va y avoir des morts, et potentiellement de nombreux clusters formés, à moins que la formation de ces derniers ne se fassent pas en masse comme ça. Je ne sais pas, nous n'avons pas assez de recul pour savoir tout cela. Je regarde alors la blonde, Alyssa en profite pour sauver un gamin sortit de je ne sais où. Elle se rapproche de moi.

Nous n'allons pas rester les bras croisés, c'est une certitude. Mais un des hommes braquent une arme contre elle, je me stoppe dans mon approche. Tout à coup, une voix s'élève dans le stade, et certaines de mes interrogations s'envolent, ne me rassurant pas le moins du monde. Upsilon est donc derrière tout ça. Je m’injurie intérieurement. Nous aurions peut être pu faire quelques choses avec les propos d'Adam Montgomery, mais nous n'avons rien fait. Si à la place de mon regard se trouvait deux fusils d'assauts, les hommes qui nous barraient la route seraient morts, mais ce n'était pas le cas, je n'étais pas Supergirl avec des rayons calorifères qui sortaient de mes yeux.

C'est à ce moment là que je vois Eleanor débarquer. Elle se demande sans doute ce qu'elle fait là si elle n'était pas au stade puisqu'il ne me semblait pas l'avoir croisée avant mais il y a tellement de monde. Sa première question me fait rire et je crois que mon regard lui réponds sans qu'aucun son ne sorte de ma bouche. En même temps, vu la cohue, je ne suis pas sûre que quelqu'un remarque que je parle seule. Elle me dit alors qu'Alyssa était aussi une bender d'un autre cluster. Pourtant, il me semblait bien l'avoir croisé dans les yeux, mais je n'étais pas encore venu la trouver, ni elle d'ailleurs, mais peut être que cela se fera dans le futur, je ne saurais dire. L'importance de cette information est capitale. Elle est donc autant en danger que moi, si ce n'est plus puisqu'une arme est braquée sur elle. Eleanor me dit de ne pas lâcher et je le lui confirme d'un signe de tête, avec un regard plus que déterminé.

" Je cherche un angle d'attaque. Prends soin de toi. "

Je lui dis ça en bougeant le moins possible les lèvres cependant. Même si je ne suis pas sûre que cela se voit, le but de cette attaque est sans doute de nous dévoiler. Je regarde une dernière fois Eleanor et je sers le poing droit. Je dois sauver ma peau, et celle d'un maximum de personne. Je plonge alors mon regard dans celui d'Alyssa, au moins, je suis "sûre" de ne pas la perdre de vue à présent. Je fais signe à Eleanor de ne pas rester plus, elle est visiblement en danger dans le stade, dans un autre endroit. Je sais qu'elle n'a pas maîtrisé cette visite mais voilà, elle ne doit pas prendre trop de risques. Je fais donc comme si elle n'était plus là à présent, me dirigeant vers Alyssa, même si celle-ci est mise en joue par une arme, un de ces hommes. Notre situation est plus que délicate, si nous attaquons, n'allons nous pas être prise pour des sensers en puissance. L'angle d'attaque va être difficile à mettre en place, je le sens. Les simples benders sont donc maintenant mis au courant de l'existence des sensers. Visiblement, ils sont pris entre deux eaux : nous livrer, nous sauver. J'ai donc 10 minutes pour trouver la solution et dans ces circonstances là, ce n'est pas grand chose. Surtout que les gens vont finir par s’entre-tuer pour une poignée de personnes. Parce que oui, je ne pense pas que les sensers soient encore très nombreux. Si avec Iris, un troisième cluster s'est formé, cela veut dire que dans ce stade, nous sommes peut être une vingtaine, même s'il doit y avoir des sensers en puissance sans doute. Les hommes armés semblent en tout cas impassible, presque amusés de la situation. Je réfléchis, l'horloge tourne, et même si j'ai un peu de charisme, je doute pouvoir faire entendre raison à beaucoup de monde. Néanmoins, je décide d'agir pour sauver Alyssa de cette homme qui braque son arme devant elle. Je me place devant cette dernière pour être en première ligne. Je ne suis peut être pas si vieille que ça, mais l'amour de ma vie n'est plus, alors j'ai sans doute moins de choses à perdre que la jeune femme, sans doute ...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 31 Mar - 0:34  
 
Tabula RasaA deux pas des autres filles, je tiens toujours la main du garçon. Il ne pleure pas, pas encore, mais son expression est si perdue et ses yeux si effrayés que j'ai bien peur qu'il ne tombe d'une minute à l'autre. Je m'apprête à chercher sa famille dans la cohue générale quand le temps s'arrête brusquement. Il ne faut qu'une seconde à l'homme armé pour pointer son arme sur moi. Il n'en faut faut qu'une autre pour que je lâche les doigts fins et tremblants. Je ne sais pas pourquoi il a soudainement décidé de me prendre pour cible -est-ce jusque parce que j'ai protégé un enfant ?-, je ne sais pas s'il y a véritablement une raison, mais je n’emmènerai personne dans ma possible chute.
Le grésillement du micro précède la voix. Celle de leur chef, probablement. Elle emplie tout le stade. Résonne tout autour de nous. Ne laisse aucun mot s'échapper. Elle nous encercle et nous emprisonne. Il parle, fièrement, de la renaissance d'Upsilon. Son monologue veut faire peur et rallier la communauté à sa cause. Il ne fait que me dégoûter. Il évoque les Sensers comme si tout le monde était déjà au courant. Sans doute parce que pour lui, cela devrait être le cas. Ses mots agitent la foule. Des voix s'élèvent, certaines apeurées, d'autres déterminées. Ils veulent qu'on livre les Sensers. Qu'on en finisse rapidement avec tout ça et tant pis si d'autres meurent. Ils veulent sauver leur peau et mon dégoût grandit. Mais j'hésite.

Je me dis que si je capitule, peut-être que cela les satisfera assez pour qu'ils arrêtent cette mascarade, qu'ils arrêtent le massacre avant de l'avoir commencé. D'un autre côté, je sais très bien qu'il suffirait qu'un seul Senser se rende pour que les autres suivent. Et alors mon « suicide » n'aurait plus aucune signification. Mon aveu confirmera aussi que les Sensers existent bel et bien et qu'il y en a certainement plus d'un ici. Ils s'acharneront. N'auront aucune pitié. Leur détermination est palpable, et la nôtre aussi. Casey les défie tout en engueulant un peu ceux qui commencent à capituler. Malheureusement, je doute que cela fonctionne. Quand les gens ont peur, ils sont capables de tout. Puis mon regard croise celui de Lucy. Ou le sien cherche le mien. Je ne ressens pas ses émotions pour l'instant. Du moins, je ne crois pas. Difficile à dire vu le chaos émotionnel dans lequel ils nous ont mis. Et dans lequel je suis déjà de base. Mais quand je la vois s'approcher pour se placer entre moi et l'arme, je ne comprends plus. Passé le moment de surprise, je me reprends, peut-être encore plus en colère qu'avant. Je ne veux pas qu'on me sauve. Je n'ai pas besoin de l'être et ma survie ne m'importe que très peu. Je ne veux pas qu'on prenne des blessures qui me sont destinées. Et même si je ne connais pas Lucy, pas plus qu'on ne peut connaître quelqu'un après une heure de leçon de tir à l'arc, je ne la laisserai pas se sacrifier pour moi. Personne ne devrait se sacrifier pour moi.

Alors, d'un geste, je la recule et m'avance. Le canon de l'arme n'est plus qu'à un mètre de moi. Le regard noir, empli de colère, je crie sur l'homme. Je crie sur l'arme. « Et donc, ces Sensers, vous êtes certains qu'il n'y en a pas parmi vous ? Après tout, l'infiltration est une méthode bien connue. Qui ne nous dis pas que tu n'en es pas un aussi ? Toi ? Vous ne nous croirez pas si on vous dis ne pas en être alors pourquoi on vous croirait ? » Je lui tends la perche mais je n'ai pas peur. Je veux lui montrer que ce n'est pas le cas, à lui et peut-être à moi aussi. « Vous avez peur de l'inconnu, encore une fois. Vous avez peur et vous vous cachez derrière votre petite rébellion. » J'essaye de ne pas trop en dire, de ne pas trop défendre les Sensers pour ne pas me faire démasquée. Pourtant, ce ne sont pas les mots qui me manquent. Son flingue visant ma poitrine ne me fait ni chaud ni froid. Je suis prête à mourir depuis que mon frère est mort.
Et c'est cette pensée qui me redresse. D'un coup, je comprends qu'il n'y aucune raison à ce que je reste bien sagement à papoter. Tout s'enchaîne alors très vite. Plusieurs crient aux Sensers de se dévoiler tandis que d'autres reculent, le plus loin possible des autres. Alors je tente l'impossible. Mon coup de pied part, sans élan, mais puissant.

Dé:
 

Peut-être que j'ai trop voulu en faire. Pourtant, j'étais si sûre de moi. Mais quand je vois mon pied frôler à peine la main de l'homme, je comprends que je vais prendre cher. A peine cette pensée prend place dans mon esprit que la balle fuse. Je ne sais pas s'il l'a fait exprès ou non mais je sais que mes tympans n'apprécient pas. Et quand je baisse les yeux, je vois le sang. Il coule le long de ma jambe. La balle m'a touché la cuisse. Bizarrement, je souris. Parce que cela aurait pu être pire. Et je m'effondre. La douleur est fulgurante. Je lâche un grognement, faisant remarquer ma peine. J'appuie sur la plaie mais j'ai si mal que mes forces m'abandonnent.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Jeu 31 Mar - 0:34  
 
Le membre 'Alyssa Novacco' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' :
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mackenzie Kellaghan
Pitch Chocolat
 Messages : 546
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : tis0n & peekaboo ♥

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 31 Mar - 2:16  
 
Tabula Rasa
Alyssa, Casey, Lucy & Kenzie
It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Rising up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night and he's watching us all with the eye of the tiger ▬ SURVIVOR

Un battement. Puis deux. Un clignement. Puis deux. Un peu comme si le temps s’était arrêté. Kenzie fixe l’homme face à elle. Son sourire l’irrite, son silence la provoque. L’absence de toute sensation sous ses pieds la paralyserait presque, si elle n’avait pas confiance en ses capacités. Même sans bending, elle sait se défendre. Mais être main nue face à des flingues ne lui donne pas de très bonnes chances de survie et c’est ça qui l’énerve le plus. Elle ne peut rien faire sans risquer de se faire tirer dessus.

Au troisième clignement, la voix résonne dans le stade et la peur ne tarde pas à réellement se faire ressentir. Upsilon. Elle qui avait eu la chance de ne pas vivre sous leur joug, elle qui avait eu la chance de naître, de grandir, de vivre libre… voilà que c’était terminé. Elle sent ses poings se fermer et serrer. Serrer jusqu’à ce que le sang ait du mal à circuler et ses doigts deviennent blancs, douloureux. Sa liberté est ce qu’il y a de plus précieux et elle ne laissera personne la lui enlever. Et si les sensers existent — même sous le coup de l’annonce, elle n’arrive pas à se dire qu’ils existent réellement —, elle ne laissera pas Upsilon leur enlever leur liberté non plus. Alors lorsqu’une voix féminine s’élève, elle ne se retient pas.

« Ta gueule ! »

Il est noyé sous la réponse de Casey, mais Kenzie s’en fiche. Elle n’est pas très éloquente. Elle ne sait pas y faire avec les mots. Casey est la journaliste, celle qui écrit et parle pour gagner sa vie. Le baratin qu’elle peut sortir en moins de trente secondes est parfois impressionnant, mais pour le moment, il est surtout rassurant. Pour le moment, ça n’a rien d’un baratin. C’est un peu d’espoir.

Ça ne dure pas bien longtemps pourtant. Casey fait sa forte tête, refuse de bouger d’un pouce, refuse de parler. Kenzie ose espérer qu’elle n’en connaît pas. Ose espérer qu’elle ne fait pas partie de ces sensers à dénoncer. Mais c’est surtout le canon d’un flingue qui vient se retrouver devant Alyssa qui complique les choses. Encore plus lorsqu’une femme — celle sur qui elle avait failli tomber — décide de devenir un bouclier. Kenzie ne peut que lever les yeux au ciel. C’est sûr que ça passera avec la tête de mule.

C’est quoi ce putain de délire ? Tout le monde veut jouer au héros et sauver les autres, mais personne n’agit. Et à force de calculer, d’analyser, Kenzie réalise qu’elle fait exactement la même chose. Elle se réveille au moment où le tir part, où Alyssa tombe, touchée. Frôlée, réalise-t-elle lorsqu’elle la rejoint. Main posée près de la blessure elle grimace. Un instant, elle la regarde. Elle ne parle pas, elle se contente de la fixer. C’est presque dramatique. Elle pourrait se dire que c’est comme un au revoir, mais à vrai dire, Kenzie ne sait pas vraiment ce que c’est. Elle sait simplement que c’est une décision qu’elle prend inconsciemment.

Elle ne réalise pas vraiment qu’elle se relève et encore moins qu’elle reprend place près de Casey. Elle sait qu’elle souffle. Le temps d’un battement. D’un clignement.

Dé:
 

Elle ne réalise pas vraiment qu’elle est en train d’attaquer. C’est presque un réflexe, un automatisme. Elle ne réalise pas non plus que l’arme de l’homme de gauche fume et que la balle vient de s’enfoncer dans sa chair. Elle se sent reculer à l’impact, rattrapée par Casey. Elle sent le sang chaud qui coule et tache son maillot blanc, mais elle ne sent pas la douleur. L’adrénaline est un miracle, réalise-t-elle tandis que les hommes resserrent leurs poignes sur leurs armes. Ils n’hésiteront vraiment pas à tirer, si personne ne parle. Si personne ne fait rien. Est-elle réellement prête à refaire l’idiote ? À agir sans réfléchir ? À se faire tuer pour des inconnus ?

Dans ses oreilles, c’est la voix de Spencer qui lui répond pas la négative. Putain. Spencer. C’est presque un soulagement de la savoir si loin de tout ça.

Sous ses yeux, c’est la vue d’Alyssa qui lui dit que oui. Parce qu’elle est stupide et qu’elle peut réfléchir trois siècles, au final, elle n’en fera toujours qu’à sa tête. Ce que Kenzie veut, Kenzie a. Même si ça doit mal finir.
 


© Gasmask
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Jeu 31 Mar - 2:16  
 
Le membre 'Mackenzie Kellaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé' :


--------------------------------

#2 'Dé' :
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Jeu 31 Mar - 23:23  
 
Montgomery Memorial Stadium, 20h35
Deux tirs en moins d’une minute. Deux blessées. Gareth a toujours aimé se dire qu’il était courageux, prêt à tout pour soutenir la cause, mais la vue de la bender terre blessée commence à le faire trembler. Il est obligé de se redresser, comme pour se faire plus gros, plus menaçant et de resserrer sa poigne sur le manche de son flingue encore fumant. Ça ne fonctionne pas comme il l’aurait aimé. Il n’a pas peur, il ne ressent pas vraiment de remords, c’est une bender qui mérite son sort. Mais c’est la première fois qu’il tire sur quelqu’un et si les choses continuent à déraper, il devra recommencer. Gareth n’est pas un lâche, mais il n’est pas prêt. À ses côtés, Pete commence à s’agiter et les secondes s’écoulent et bientôt, très bientôt…

À son épaule, le talkie-walkie grésille avant que la voix du chef ne se fasse entendre. « Qu’est-ce que vous foutez bordel ? On a dit dix minutes. Ça en fait cinq. Arrêtez de tirer ! » Ils ne répondent pas. Ils ne peuvent pas se permettre de lâcher leur arme une seule seconde. Mais Pete se renfrogne. Cette garce le paiera. Et Duncan ne quitte pas la blonde des yeux. Ce seront les premières tuées si personne ne parle.

Gareth observe. Ses doigts tremblent, mais il le cache. Et puisqu’il ne peut pas attendre cinq minutes de plus, que quelqu’un ose parler, même s’ils ne savent rien, il prend les choses en main. Il ne peut pas tirer une deuxième fois.

« Elle ! Je suis sûre que c’est une senser ! Pete prends-la. »

Il donne l’ordre, comme il en a le droit. Pete baisse son arme et s’exécute.

Dé :  Pete s'empare de :
Oui - Oui : Mackenzie
Oui - Non : Alyssa
Non - Oui : Lucy
Non - Non : Casey


Informations HRP
Rappel : Vous ne pouvez pas utiliser votre bending.
◊ D'ici cinq minutes, si personne ne fait rien, ils tireront ouvertement. À vous d'agir.
◊ Vous avez jusqu'au 03/04, 20h pour poster.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Jeu 31 Mar - 23:23  
 
Le membre 'Chasing Light' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' :
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Ven 1 Avr - 1:18  
 
Washington vs. Miami, 20h35

Je n'agis pas forcément grandement, mais je me mets devant ce pauvre type qui semble être près à faire dans son froc tellement il est peureux. Il essaye de ne pas le montrer, mais je peux le sentir, je le vois dans ces yeux que je fixe continuellement avant qu'Alyssa ne me fasse reculer d'un cran. Elle crie sur l'homme qui est là, elle le provoque, en quelques sortes. Mais ce qu'elle dit me plait, elle n'est pas bête, elle est même carrément intelligente cette petite. Elle essaye de mettre le doute dans leur propre esprit déjà chancelant. Mais malheureusement, ça ne sera pas suffisant, je le crains. Elle tente alors un coup de pied, un peu hasardeux. Elle a tenté l'effet de surprise, mais elle s'est mal préparée, comme elle l'a eu fait durant mon cours, trop précipitée. Et une balle fuse. La jambe d'Alyssa est touchée. Cela ne me plait pas. Mais je n'ai pas le temps de réagir que déjà la jeune femme brune s'avance et tente un coup sur l'homme, mais c'est aussi raté, un coup part et elle est touché à l'épaule. Le coup semble superficiel, comme celui qui a touché Alyssa, je peux le voir de là où je suis mais quand même. Quoique, le maillot blanc commence à se maculer de rouge, alors je ne sais pas trop quoi en penser. Il y a déjà deux victimes, même si elles ne sont que légèrement blessées en apparence, c'est quand même quelques choses, c'est peut être plus grave qu'il n'y parait. D'ailleurs, dans leurs talkies ont leur donne la consigne d'arrêter de tirer, ce à quoi ils ne répondent rien. Puis le premier ordonne au second de s'emparer de la brune blessée à l'épaule, persuadé que c'est une senser. J'ai l'intime conviction que ce n'est pas le cas, que c'est simplement une bender terre. Alors, je décide d'agir, enfin de parler dans un premier temps.

" Parce que vous savez reconnaître vos sensers à l'oeil nu comme ça ? Votre chef ne vous a pas donner de quoi les reconnaître ? Qui vous dit qu'il y en a par ici ? Et puis, qu'est ce que c'est encore que les sensers ? C'est une nouvelle race de bender qui regroupent plusieurs éléments peut être ? Vous avez seulement réfléchis un peu à ce que vous voulez vraiment ? Vous faites ça seulement pour l'argent peut être ? On vous a peut être lavé le cerveau pour que vous soyez de petits toutous bien dociles ? Mais si vous réfléchissez un peu, arrêtez d'écouter votre chef, et agissez avec votre bon sens et votre coeur ! Tout ira bien pour vous. Lâchez là, elle n'est pas plus fautive que les autres. Vous recherchez des chimères, vos sensers ne sont qu'une invention d'Upsilon pour faire la guerre contre les benders, comme cela le fut, avant la naissance de la plupart des personnes ici présentes. Qu'avez-vous à y gagner ? "

J'ai dit cela avec beaucoup de conviction, comme si je préparais ce discours bien rodé depuis tout à l'heure alors que j'ai parlé au feeling. Maintenant que j'ai plus ou moins réussi à les endormir, je me suis approché discrètement de l'épaule blessé. Je lance alors mon poing sur celui qui la tient pour tenter de récupérer son arme.

Spoiler:
 

Et je réussis mon coup de façon presque parfaite. Evidemment, je n'ai pas une force surhumaine, mais le coup a été suffisamment rapide et bien placé pour lui faire lâcher prise, alors que je lui prenais son arme. Je l'ai maintenant en main et même si je préfère avoir un arc dans cette position là, je suis prête à lui exploser la cervelle pour nous sauver tous.

" Maintenant vous lâchez vos armes sinon, je vous exploser les rotules et croyez moi, à cette distance, je ne vais pas vous rater, ça va faire mal, je vous le garantis. "

J'enlevais donc le cran de sécurité sur le pistolet que j'avais entre les mains, histoire de montrer que j'étais très sérieuse, plus que ça même. Mon regard est plus que jamais déterminé. Nous sommes en train de prendre le dessus. Je ne les lâche pas, toute ma concentration est là, bien présente, comme si finalement, j'allais leur tirer une flèche en plein coeur.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Ven 1 Avr - 1:18  
 
Le membre 'Lucy Ubolic' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' :
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 353
 Date d'inscription : 13/02/2016

 Crédits : Eclatic

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 2 Avr - 11:05  
 
Tabula rasa II
Lucy, Mackenzie, Alyssa & Casey



Je m’entends hurler son nom, celui de Kenzie. Je n’arrive pas à croire ce que je suis en train de vivre. Jamais, même dans mes jours et mes nuits les plus sombres, je n’ai connu ce déferlement de violence, ni vu quelqu’un que j’aime se faire tirer dessus. Je me demande si mon frère a vu son père, qui fut autrefois notre père à tous les deux, mourir comme ça. Je pense à tout un tas de chose, aussi est-ce plus mon corps qui réagit de lui-même pour rattraper Kenzie. La rage incendie mes veines, mais rien à faire, je me sens comme souillée, privée de mon pouvoir. Jamais je ne m’étais rendue compte à ce point de l’importance qu’il a pris dans ma vie. Deux blessées, le sang des nôtres perle et la colère déferle en moi.

« Lâchez-là espèces de connards ! »

Je résiste, voulant absolument les empêcher de prendre Mackenzie. Comment nos parents ont-ils pu vivre cela au quotidien ? Mais face à des armes bien prêtes à tirer, il n’y a pas grand-chose à faire. Je suis totalement focalisée sur les armes, essayant d’élaborer un semblant de plan, un petit quelque chose, tellement que je n’entends rien de ce que la femme clame, que je ne prends qu’à peine conscience de ce qu’elle vient de faire. Je récupère Kenzie contre moi tandis que les forces s’équilibrent à notre toute petite échelle… enfin, façon de parler, parce que même si nous avons une arme, nous ne sommes que nous.

Supportant Kenzie, je fais quelques pas, en gardant bien en vue les deux hommes. Juste histoire de voir si une brèche est ou non ouverte. Sauf que ça ne semble pas être le cas… pas du tout même. Sauf que le danger n’est pas du tout venu de là où je le pensais. Ce ne sont pas les deux sbires qui réagissent, mais bien quelqu’un dans la foule. Une femme, je crois, mais je n’ai pas vraiment le temps de voir son visage ou de m’appesantir sur sa voix.

« Embarquez-les ! On veut pas d’ennuis à cause d’elles ! »

Quoi ? Je me sens poussée violemment, si brutalement que j’en lâche Kenzie et que je me retrouve à perdre un peu l’équilibre… tout se passe alors très vite, je sais que la foule nous presse derrière nous, que la peur et la lâcheté font que certains sont prêts à nous jeter en pâture à ces hommes, qu’on soit ou non des Sensers. Ce n’est pas pardonnable. Ce n’est pas acceptable. Et cela me met dans une rage folle. Si j’avais mon pouvoir, nul doute que l’incendie le plus dévastateur de Washington aurait eu lieu aujourd’hui. Et si je survis, tous ces gens-là, peuvent être certains que je ferai sur eux un article virulent. Je les retrouverai, et je les afficherai. Foi de Casey Williams ! Mais dans la panique provoquée par ce mouvement de foule et par la surprise provoquer par mon déséquilibre en direction du tireur encore armé, la fébrilité est à son maximum, et je vois, en croisant son regard, qu’il est sur le point de m’abattre comme un chien…

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
  
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Compte rendu de partie 17 : "Giant Size X-Men"
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)
» Murder Party "Apothéose"
» Tabula rasa et… Oh puis laisse tomber ! -Feat Ryuu
» IVème Anniversaire du Forum TABULA RASA !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Foggy Bottom :: Montgomery Memorial Stadium-