AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

We have the power to change our lives and the world.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Lun 15 Fév - 0:33  
 
We have the power to change our lives and the world.Cela doit bien faire une demie-heure que je fixe le tiroir. Il n'a pas bougé. Étrange, n'est-ce pas ? Si Mackenzie me voyait dans cet état, elle croirait que je suis déjà saoule, en pleine semaine et à deux heures de l'après-midi. Mais je ne le suis pas. Je suis aussi sobre que je peux l'être et je ne suis pas fascinée par le bois de ma table de chevet. Non. En fait,  je me pose surtout des questions sur ce qu'il y a à l'intérieur du tiroir. Et d'un objet en particulier. Celui qui m'a bouleversé, il y a déjà plusieurs mois. Celui qui m'a fait tout remettre en cause et à cause duquel j'ai sombré. Pour mieux me relever. J'hésite. J'hésite parce que le voir me rappelle que tout ça est bien réel. Qu'il a existé et que ce n'est pas mon esprit torturé qui a tout inventé. J'hésite parce que voir son écriture me fait du bien, de temps à autre. Même sans lire les mots, même juste quelques secondes. J'hésite parce que bien que j'aime la voir régulièrement, je veux cet objet en sécurité. Je veux qu'il soit loin de tout problème potentiel. Et c'est un fait, je peux en être un. Les gens que je ramène dans cet appartement peuvent en être un. Les gens qui se ramènent tous seuls pourraient en être un. Et même des accidents pourraient en être un. Alors j'hésite. J'hésite alors que je sais que je n'ai plus tellement à hésiter. J'ai pris rendez-vous pour dans une heure et à partir de là, un retour en arrière s'annonce difficile. Il faut que j'arrête d'hésiter.

J'ouvre le tiroir et en sort la lettre. Elle est placée dans une pochette plastique. Je ne prends aucun risque. Je n'ai pas à l'apporter aujourd'hui mais je préfère la prendre en photo avec mon portable, au cas où on me pose des questions. Et juste pour l'avoir auprès de moi. Je la prends sous tous les angles. De loin comme de près. Elle a l'air si petite comme ça, sur mon lit aux draps blancs. Pourtant elle est si grande. J'aimerais qu'au moins la moitié des mots n'y soient pas inscrits. Qu'ils n'aient jamais pu avoir été inscrits parce que rien ne serait arrivé. Mais le passé ne s'écrit pas sur du papier. Il s'écrit sur la pierre, il s'écrit sur la Terre.
Je replace la lettre dans sa pochette et la range dans le tiroir. Il est temps de partir. De faire les bons choix. Je prends mon sac à main et mes clefs. J'ai tout ce qu'il me faut et je planifie déjà de m'arrêter dans un Starbucks en revenant, il va me falloir une bonne dose de café après cette journée. Sur la route, j'essaye de me souvenir de ce dont je connais de mon avocate. Pas grande chose finalement. Elle m'a aidé pour changer mon nom de famille et j'ai été assez contente de son travail. Assez contente aussi de trouver une avocate et pas un avocat. J'ai l'impression que j'avais plus confiance en elle grâce à ça. Ce qui étrange et je m'en voudrais de penser ça à présent. Tous les hommes ne mérite pas la discrimination. Tous les Hommes méritent par contre suspicion. Mais elle a été assez aimable tout en faisant très bien son travail et sans s’immiscer dans ma vie. Trois bons points qui fait que je la garde à présent comme avocate attitrée. Et bon, je n'en ai pas vraiment cherché d'autres non plus.

Le hall d'entrée me semble aussi froid que la dernière fois. Étrange coutume des bureaux d'avocats pour vous mettre à l'aise. Je me dirige vers l'accueil pour faire savoir ma présence. Les photos de la lettre sur mon portable semblent peser des tonnes dans mon sac à main.

- Bonjour, je viens pour mon rendez-vous avec mon avocate, Eleanor Young.
- Bonjour. Votre nom, s'il vous plaît ?

Elle me regarde à peine et j'ai bien envie de lui que non, il ne me plaît pas.

- Alyssa Novacco.

Je réponds assez sèchement pour que cela lui fasse relever la tête. Mais c'est trop tard pour les excuses, ma chérie. Puis elle vérifie sur son ordinateur si je dis bien la vérité avant de me tendre la carte de visite de Madame Young, pour que je sache où est son bureau, sans doute.

- Vous pouvez y aller, elle vous attend.

Son ton s'est beaucoup adouci mais ce n'est pas le cas de mon humeur. Ce n'était pas le jour pour me chercher.

- J'en ai déjà une, merci.

Et je me retourne sans un mot de plus. Espérant qu'elle ne soit plus là quand je descendrai parce que je ne supporterai pas ses yeux de chien battu.
Arrivée devant la porte du bureau, je m'arrête quelques secondes. Il n'y a rien de réellement officiel dans ce que nous allons faire mais j'ai déjà l'impression que c'est le premier pas vers l'abandon. Après cela, je me serais déjà un peu éloignée de sa lettre. De lui. Pourtant il faut que je le fasse. C'est la bonne solution. Je me le suis assez répété. Alors je toque. J'attends qu'on me fasse signe d'entrer et je le fais. Eleanor Young a à peine changé. Je le vois déjà d'ici et encore, je ne la regarde pas vraiment. Je suis plus impressionnée par son bureau, à vrai dire.

- Bonjour.

Et tandis que je m'approche pour lui serrer la main, mon regard se dirige vers ses yeux et c'est comme si mon corps savait ce qui allait se passer parce qu'il se tend instinctivement. Et je frémis en sentant le lien se faire. J'ai un moment de déception avant de me rappeler que je devrais être heureuse. J'ai une opportunité de tester mes nouvelles capacité. Mais je me rappelle de ma présence ici et l'émotion qui prédomine alors, devant l'amertume et la petite joie, c'est la douleur. Parce que la lettre, c'est une partie de David. Et je sais que je fais ce qui doit être fait. Cela n'empêche que j'ai l'impression de le quitter une deuxième fois. Alors que nous n'avons encore rien décidé, concrètement.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleanor Young
Pitch Framboise
 Messages : 880
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : moi-même pour l'avatar, okinnel pour la sign, tumblr pour le gif

 Âge du personnage : 28
Mer 9 Mar - 1:14  
 
Eleanor & AlyssaWe have the power to change our lives & the worldUn compte-rendu, deux comptes rendus, trois comptes rendus. Et un soupir. Ma matinée s'était résumée à faire mes rapports d'affaires terminées pour le cabinet et j'avais eu très peur de ne pas en voir le bout avant la pause déjeuner. Cela avait toujours été une corvée depuis le début de ma carrière et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi. Après tout, préparer une affaire à présenter au tribunal ne m'ennuyait pas à ce point, pourquoi la boucler devait-il en être autrement ? Pire, cela pouvait en quelque sorte ressembler aux cas théoriques que j'avais pu étudier à Yale et en aucun cas je ne les avais trouvés ennuyant, sauf exceptions. Etait-ce un contre-coup de la routine ? C’était pourtant cette routine, cette stabilité, qui m’avait fait tenir au moment de l’apparition de mes nouveaux pouvoirs. Qui m’avait fait accepter la chose, d’une certaine manière également. Alors pourquoi devait-elle être ennuyeuse maintenant ? Car depuis juin, tout s’était enchaîné. Le décès d’Adam Montgomery, la création du cluster, la rencontre entre les personnes du cluster en vrai ou non, l’adaptation et les nouveaux pouvoirs, les remises en question, les peurs également. Et pourtant il avait fallu continuer à vivre comme si de rien n’était. Cacher toute cette histoire et s’adapter. Puis deux autres Benders avaient été tués et Wren m’avait demandé : « eux aussi ont créé un cluster tu crois ? » le plus innocemment du monde. Comment pouvais-je le savoir ? Et pourtant, une part de moi avait l’impression d’avoir la réponse. Que nous n’étions pas les seuls de cette ville. Que les meurtres étaient liés. Que quelque chose clochait et que tout était lié à Upsilon. Etait-elle réellement de retour ? Ce mot, cette expression, cette lumière, j’en arrivais encore à faire des cauchemars parfois. Bien trop de choses restaient un mystère dans cette histoire et sortaient de la routine.

Alors pourquoi m’ennuyais-je avec ces comptes rendus ?

Je soupirais et fus soulagée en voyant l’heure sur mon ordinateur. J’avais un peu moins d’une heure pour prendre ma pause déjeuner et revenir pour un rendez-vous à quatorze heures avec une tête familière : Alyssa Novacco. Nous avions sensiblement le même âge, bien que je sois la plus vieille de nous deux. J’avais déjà eu à m’occuper de la jeune blonde dans une histoire de changement de nom de famille. La jeune Alyssa avait voulu, à l’époque, prendre le nom de famille de sa mère. J’avais pu alors en apprendre plus sur sa famille, bien loin de la mienne qui était soudée. Du moins, si je me cantonnais à mes parents, Eliott et Emmeryn. On ne pouvait pas dire que mon père et son Président de frère soit proche de toute manière. Elle avait dû me raconter un petit bout de son histoire pour que je comprenne et puisse lui permettre de changer de nom, le tout ne pouvant être divulgué sous peine de violer le privilège avocat/client et de se faire licencier du Barreau. Tout ce qu’il ne fallait pas faire en somme. Je ne pensais pas la revoir de sitôt mais la jeune femme avait repris un rendez-vous avec moi en début de semaine, en restant très vague sur le motif. Quelque chose ayant un rapport avec son frère, voilà tout ce dont je pus savoir.
Je rangeai quelques affaires et partis en trombe de mon bureau pour aller m’acheter un bagel et un Starbucks en bas de la rue. C’était drôle de savoir que certaines multinationales comme Starbucks avaient résisté aux vents et marées et étaient toujours debout en 2040. Mon père m’avait raconté qu’il avait passé bien trop de temps dans des Starbucks lors de ses études pour réviser. Le café, cher mais délicieux, avait été sa source d’énergie les veilles d’examen ou de rendus. Je ne pouvais m’empêcher d’esquisser un sourire à chaque fois que cette histoire me revenait en mémoire, me retrouvant bien trop facilement dans cette situation. Le café avait été et sera toujours un de mes alliés, me trouvant malheureusement trop accro au liquide ambré pour mon propre bien. Aujourd’hui, je n’excédais pas les quatre tasses par jour, tournant généralement autour de deux ou trois tasses. Mais alors que certains s’étaient dopés aux boissons énergisantes avant un devoir, je ne pouvais pas supporter l’idée de ne pas avoir un café à portée de main. Le liquide m’aidait d’une certaine manière à gérer ce stress qui me mit beaucoup de bâtons dans les roues pour l’apprivoiser. Et si la donne avait changé aujourd’hui, le café restait tout de même une bonne solution pour calmer mes nerfs, étrangement.

J’étais remontée dans mon bureau depuis quelques minutes lorsque l’assistante m’appela. « Eleanor ? Alyssa Novacco vient d’arriver. » Je sortis mes quelques notes avant de répondre un « Merci. Faites-la rentrer » dans le combiné. Une poignée de minutes plus tard, la blonde toqua à ma porte. Je lui fis signe de rentrer et me levai de ma chaise, bien loin de me douter de ce qu’il allait arriver ensuite. Nous nous saluâmes d’un « Bonjour » quasiment en même temps. Puis nos regards se croisèrent et je compris que quelque chose allait changer, une nouvelle fois. Le lien se tissa sans que je puisse faire quoi que ce soit et me confirma ce que je pensais déjà : un autre cluster existait et nous pouvions, si nos regards se croisaient, avoir également un lien entre sensers d’un cluster différent.

Je pris cependant sa main pour la serrer comme si de rien n’était avant de ressentir de la peine et de lâcher prise. Je n’étais pourtant pas triste. Mais Alyssa, oui. Je décidai alors de prendre la parole. « Ca fait longtemps que… » Que vous êtes un Senser ? Que tu es un Senser ? Je ne savais plus ce qui était de mesure désormais. Et si je pouvais ressentir la tristesse d’Alyssa, cette dernière devait probablement ressentir ma gêne et mon étonnement. Heureusement que je me trouvais dans un bureau fermé, ce n’était pas le genre de conversation que je voulais que mes collègues entendent.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 23 Avr - 0:24  
 
We have the power to change our lives and the world.On s'habitue sans vraiment s'habituer. Les sensations sont à chaque fois sensiblement les mêmes. C'est assez facilement reconnaissable. Mais c'est toujours aussi surprenant. On ne s'y fait pas vraiment. On redécouvre à chaque fois parce qu'à chaque fois c'est une personne différente. A chaque fois c'est différent et encore plus quand on ne vient pas du même cluster. J'ai encore un peu de mal à percevoir toutes les nuances. Parfois, je me dis que je ne devrais même pas essayer. A quoi bon ? On ne peut pas être tant que ça, si ? A un moment cela s'arrêtera. A un moment, le plus important ne sera pas le processus de reconnaissance mais apprendre à faire avec tout ça. Sa main dans la mienne, je ressens sa surprise, qui fait écho la mienne. Ses mots hésitants accentuent la sensation de gêne que je perçois presque comme la mienne. J'arrive encore moyennement à différencier ce qui est à moi et ce qui est aux autres. C'est plus facile quand ce ne sont pas des sentiments que je ressens d'habitude. La gêne en fait partie. Surtout que je n'ai aucune raison d'être gênée. Je jette un coup d’œil derrière moi, histoire de vérifier que la porte est bien fermée. On est jamais trop prudents. Je doute que les Sensers soient bien accueillis vu comment l'ont été les Benders.

- Depuis la mort de Victor Harrison. Et toi ?

Je ne vois plus l'intérêt de se vouvoyer. Après tout, nous avons (quasiment) le même âge et nous partageons nos émotions. Nous ne faisons pas qu'un, ce serait exagéré. Je ne pense pas faire un même avec ceux de mon cluster. Mais nous sommes proches. Plus proches que deux Sapiens ou deux Benders lambdas ne pourront jamais l'être. Je me dis d'ailleurs qu'Eleanor est une des inconnues qui me connaît le mieux. Je ne parle pas souvent de mon passé et encore moins de mes chers parents. Mais elle, elle sait. Elle sait juste ce qu'il fallait qu'elle sache mais elle en sait suffisamment. Et elle s'apprête à s'en savoir encore un peu plus. Mon esprit se tourne vers la photo de la lettre, enregistrée dans mon portable. Ce pincement au cœur refait surface. Il ne me fait pas si mal. Je le connais. Je l'ai accepté. Rien de nouveau sous les nuages sombres.

- Tu en as rencontré d'autres ? Je me demande combien en est, quand même.

Je m'installe dans le fauteuil en face de son bureau. L'entretien risque d'être long, finalement. Je ne savais pas trop si elle pouvait m'aider à mettre la lettre en sécurité. J'avais simplement besoin de l'avis d'une experte. De conseils avisés dans un domaine que je ne connais pas. Hors de question que je mette un objet si précieux dans les mains d'un escroc. Et comme Eleanor est la seule que je connais à pouvoir m'aider sur ça. La seule que je connais et à qui je peux parler en sachant qu'elle ne peut pas l'ébruiter. Et si elle le fait, alors j'aurais les moyens de détruire sa vie. Je n'en arriverais peut-être pas à ce point là. Je la ferais simplement payer très cher. Mais ce qui me fait le plus peur maintenant c'est qu'elle ressentira ce que je ressens au quotidien. La peine qui me suit telle mon ombre. Et la pitié est bien la dernière chose dont j'ai besoin.
C'est le problème avec ces nouvelles capacités. Elles m'intriguent et me donnent envie de les explorer le plus possible. Et elles m'obligent à partager ce que j'essaye depuis tant de mois à cacher. Je suppose qu'on ne peut pas gagner sur tous les plans. Jusque là, d'ailleurs, être Senser ne m'a pas donné grand chose de positif.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eleanor Young
Pitch Framboise
 Messages : 880
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : moi-même pour l'avatar, okinnel pour la sign, tumblr pour le gif

 Âge du personnage : 28
Ven 20 Mai - 22:32  
 
Eleanor & AlyssaWe have the power to change our lives & the worldJe ne savais pas qu'elle était ma réaction mais Alyssa ne semblait pas perturbée pour un sou. Comme si cette connexion était naturelle ou qu'elle n'était pas vraiment surprise. Ou peut-être était-ce simplement moi qui étais trop mal à l'aise pour mon propre bien. Une chose était sûre, cette peine que je ressentais n'était pas la mienne et dépassait bien tout autre sentiment. Et si elle pouvait ressentir ma gêne, je ne me démontais pas en lui posant la question qui me brûlait les lèvres, vérifiant une dernière fois que la porte était bien fermée. Et la réponse m'étonna sans pour autant m'étonner en même temps. La théorie qu'au moins un des autres benders tués avait créé un cluster avant de mourir avait été évoquée au sein de mon propre cluster. Parce que nous étions les premiers, parce que nous ne devions pas être les seuls. Et nous avions raison. Je soupirai à l'entente de sa réponse et décidai de l'inviter à s'asseoir sur le fauteuil en face de mon bureau. Je n'avais pas le bureau le plus grand mais j'avais réussi à y faire rentrer, en plus du kit nécessaire « bureau - chaise de bureau - fauteuil pour le client » un petit canapé et une table, où se trouvait mon sac - ne me demandez pas comment j'avais pu réaliser ce miracle, je n'étais plus vraiment capable d'y répondre. Mais je ne me sentais pas capable de bouger de ma chaise pour l'instant. Encore plus lorsque j'étais censée être en réunion clients et non en pause.
J'étirai un léger sourire alors qu'Alyssa passait désormais au tutoiement, me facilitant une nouvelle fois la tâche. « Adam Montgomery, le seul et l'unique. » Un petit rire sarcastique sortit de ma bouche sans le vouloir. Ce n'était pas tous les jours que l'on avouait à quelqu'un que l'ancien président avait créé son cluster. Et encore moins, bien que de manière indirecte, que nous l'avions vu mourir. Je me pris la tête dans mes mains. « Ils sont tous liés, putain. Eliott a raison... » Le commentaire était plus pour ma propre personne que pour Alyssa mais je ne pus l'empêcher le son de sortir de mes lèvres. Elle était belle la soeur qui ne pouvait pas aider son frère à résoudre cette affaire qui lui consommait bien trop d'énergie pour son propre bien. La jeune blonde me sortit cependant de mes remords en continuant sur le sujet qui nous liait, désormais. Alors je relevai la tête, croisai son regard et  secouai la tête négativement. « Mis à part ceux de mon cluster non, tu es la première. Et toi ? »
Un instant plus tard, je ressentis à nouveau cette peine qui n'était pas mienne et réalisai que je ne lui avais pas vraiment demandé la raison de sa visite, après tout. Seulement, comment pouvais-je lui demander une chose pareille après cette découverte ? Comment revenir à un sujet plus terre-à-terre quand on venait malencontreusement de se connecter avec un autre Senser qui n'était pas de son cluster ? Un petit rire m'échappa alors que je réfléchissais à la réaction de ma jumelle. Emmy serait passée du coq à l'âne sans problème pour se concentrer sur le plus important. Du moins, le plus important pour elle, donc son job. C'était ce que je supposais cependant. J'avais après tout un lien plus élaboré avec des étrangers qu'avec ma propre jumelle. Un comble.
Seulement il fallait que je repasse sur un sujet plus actuel pour ne pas me perdre dans mes pensées et probablement ne pas lui faire ressentir trop de choses. Alors je soupirai légèrement une nouvelle fois et fermai les yeux quelques secondes. « Est-ce que... Est-ce que tu veux quelque chose à boire ? Ou parler de ce qui t'amène ici avant de repartir sur... » Je nous désignai du doigt en le faisant bouger d'elle à moi, ma voix toujours aussi peu sûre. La gêne revenait et j'étais persuadée qu'Alyssa pouvait la ressentir, désormais. Cela compenserait peut-être avec sa peine. « Ce n'est pas pour être désobligeante ou quoi que ce soit, mais comme tu étais venue pour un objectif précis, je n'ai pas envie que tu sois venue pour rien. Ou du moins pas uniquement venue pour te lier avec une autre Senser alors que ce n'était pas ce que tu avais demandé... » A nouveau un petit sourire timide s'étira sur mon visage. Tant que je faisais l'effort de continuer l'échange, ma gêne disparaîtra bien au fur et à mesure de la conversation.
© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
  
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» And now you are the one to change the face of the world ▬ iseut & beowulf
» On ne change pas une equipe qui gagne
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Capitol Hill-