AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

We don't control our fate.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 11 Fév - 20:58  
 
We don't control our fate.Dernière heure de cours. Je dois dire que le théorique n'est pas trop mon truc. J'ai du mal à ne pas m'ennuyer et l'ennuie et moi ne sommes pas de bons amis. Je préfère de loin l'apprentissage sur le vif. Les stages, c'est ce qui me fait vivre. Voir le visage des enfants tous les jours, c'est pour ça que je vis. Alors être obligée d'être assise sur un siège en bois toute la journée, sans aucun enfant à proximité, c'est limite l'Enfer. Heureusement, c'est bientôt la fin. Notre professeur, très énergique, commence également à s'impatienter et la classe est prise d'un sourire collectif. Nous avons tous la même passion ici. C'est ce qui nous fait lever chaque matin et apprécier chaque cours dans son fond et dans sa forme. Pourtant, nous sommes aussi tous d'accord, élèves comme professeurs, pour dire qu'il y a des heures de cours beaucoup plus attractives que d'autres. Les fins de journées n'en font pas partie. Il nous lâche finalement en nous rappelant le dossier à rendre dans à peine un mois. J'ai presque fini le mien et je ne me fait aucun soucis. Non, j'ai hâte de sortir de la salle et d'aller me défouler. Ne plus penser à rien si ce n'est à la sueur qui ruisselle sur mon corps. La tension de mes muscles et mon souffle régulier. L'après-coup est également des plus satisfaisant. Je suis tellement fatiguée que mon cerveau est comme en pause. La douche n'en devient que meilleure et le lit plus confortable. C'est l'extase.

Aujourd'hui, j'ai décidé de m'essayer à quelque chose de nouveau. J'ai aperçu un flyer qui traînait sur un bureau. Une petite publicité pour un club de tir à l'arc. Je ne m'étais jamais imaginé en faire auparavant mais il y a une certaine beauté dans le geste, doublé d'un sentiment de puissance rien qu'à l'idée de tenir un arc, qui m'a décidé à tenter l'aventure. Et tant que ça me change les idées, je suis pour. Légèrement excitée face à cette occasion, je marche plus vite que la moyenne et passe en coup de vent à mon appartement récupérer mes affaires de sport et une bouteille d'eau. Je roule jusqu'à Dupont Circle et je prends quelques minutes dans la voiture pour moi. Je fais tout ça pour lui. C'est une sorte de punition et un moyen d'échappement. Parfois, je me dis que je devrais devenir agent de police, pour combattre le crime tellement mon envie de vengeance est forte par moments. Mais je réalise toujours que voir des horreurs plus souvent que la moyenne n'est pas fait pour moi. Je deviendrais vite quelqu'un que je n'aime pas. Alors je fais avec les moyens du bord. Pour l'instant, cela me suffit. Espérons que cela reste ainsi.

Sans plus penser à la raison première de ma présence ici, j'entre dans le bâtiment en cherchant l'accueil. L'endroit me semble assez chaleureux. Les gens n'ont pas l'air malheureux. Je m'approche tout en me disant que j'aurais peut-être dû appeler avant de venir.

- Bonjour, je viens pour le cours de tir à l'arc du soir.

Je  montre le flyer pour signaler que c’est grâce à lui que je suis là et que j'espère qu'ils n'ont pas fait de publicité mensongère.

- Bonjour, vous aviez réservé une place ?

- Non, il le fallait ?

L'homme fronce les sourcils en cherchant dans son ordinateur. Puis il sourit de contentement.

- Ce n'est pas grave, il reste quelques places avec Mademoiselle Ubolic. Dans dix minutes, ça vous ira ?

- C'est parfait, merci.

Je lui souris poliment tandis qu'il me demande mon nom et toutes ces petites formalités. Il me fait savoir que j'aurai ma carte de membre au prochain cours, histoire que je sois certaine de continuer. J'hésite à lui dire que je ne suis pas du genre à abandonner mais me retiens. Un réflexe auto-protecteur. Je ne veux pas paraître trop amicale. Parfois, les gens n'ont pas besoin de grand chose pour se penser en confiance. Je ne pense pas être quelqu'un de confiance.
Je cherche la salle qu'il m'a indiqué et part me changer dans les vestiaires. Je croise quelques personnes mais sans plus et je commence à m'activer en me demandant si je ne suis pas en retard. Prête, je vais dans la salle d'entraînement. Je ne m'attends à rien, afin de ne pas être déçue. Il y a un peu de monde mais pas tant que ça. Au final, je ne sais pas si c'est un entraînement à plusieurs ou simplement un entraîneur pour un élève. Du coup, je me dirige vers la seule personne qui ne discute avec personne. Elle prépare un arc avec soin.

- Bonjour, je cherche Mademoiselle Ubolic, vous savez où je pourrais la trouver ?

J'attends qu'elle relève les yeux. Cela pourrait être elle que je n'en saurais rien.

- J'ai mon premier cours avec elle dans (je jette un coup d’œil à ma montre) maintenant, en fait.

J'espère que c'est elle parce que si j'arrive en retard, c'est magnifique comme première impression.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 11 Fév - 22:18  
 
    Il est l'heure, l'heure d'aller de l'avant et de continuer à faire ce que je sais faire de mieux au monde : tripoter un arc à ma guise. Oui, je fais plus que ça d'ailleurs, mais j'aime bien dire ça, comme si mon arc était quelques choses de très précieux, que je ne faisais qu'à peine le tripoter, que j'osais à peine le toucher pour en faire quelques choses de plus beau. C'était une passion que j'avais depuis ma jeunesse, depuis très longtemps, une plus value pour moi, car je ne suis qu'une simple sapiens aux yeux de tous même si depuis la mort d'Adam Montgomery, je suis plus que ça, mais personne ne le sait, personne ne le sait vraiment, en dehors de mon cluster d'ailleurs. A qui pourrais-je le dire ? Ils vont penser que je suis folle, que je suis un danger pour l'humanité, n'est ce pas ? Parce qu'au fond de moi, je sais que les sensers seront traités comme les benders à leur début, des débuts controversés avant que tout cela ne rentre dans les mœurs, même si récemment, il y a eu trois morts suspectes de benders, peut être même quatre si l'on compte mon mari. Enfin, pour ce dernier, je ne saurais dire ce qu'il en est vraiment, je sais juste qu'il n'a pas pu mourir aussi "bêtement" au volant de sa voiture, je le sais, j'en suis intimement convaincue, mais je n'ai pas eu le temps encore de trop me pencher là dessus, parce que j'ai du enchaîné tellement de choses, en plus de gérer ces nouvelles capacités due à mon cluster. D'ailleurs, je sens que l'un d'entre eux va apparaître comme ça durant mon cours, et qu'il voudra tenter d'apprendre avec les autres. J'observe qui sera là sur ma tablette tactile. Visiblement, nous allons être en petit comité ce qui me convient bien. Je regarde la liste, et je vois qu'une certaine Alyssa Novacco vient de se joindre au cours. L'indication étudiante apparaît, la mention flyer aussi. J'ai bien fait de les faire imprimer et circuler, si ça peut me permettre d'avoir un peu plus de monde, ça ne sera pas de refus, il me faut du monde pour que les cours soient viables. J'en fais à tout moment de la journée, je fais en fonction des emplois du temps de tout le monde. Visiblement la jeune femme sortait des cours pour venir nous voir, les cours du soir seront donc bien adapté à elle. Heureusement, elle tombe dans un groupe qui débute lui aussi, tout du moins, ils sont encore en train d'apprendre les bases, elle ne devrait donc pas être trop perdue. La voilà qui arrive visiblement, alors que je suis en train de prendre mon arc en main. Il est prêt, bien tendu, juste comme il faut. Voyant que j'étais seule, elle vient alors me voir directement ce qui me fait sourire, surtout lorsqu'elle m'appelle mademoiselle. Je ne sais pas si on lui a précisé, mais je sens que c'est encore le petit gars de l'accueil qui a fait une petite blague sans qu'Alyssa ne calcule rien. Depuis que je suis veuve, il essaye de me caser avec n'importe qui, que ce soit un beau jeune homme ou une belle jeune femme. Mais bon, je comprends qu'il veuille que je sois heureuse, même s'il y a des limites quand même. La jeune blonde n'a en tout cas pas vu d'allusion à ce niveau là, mais si elle en avait vu une, ça me ferait un peu peur, je vous l'avoue. Elle se présente à moi, disant qu'elle me cherchait et qu'elle avait court avec moi donc.

    " Vous l'avez devant vous. Nous vous attendions Alyssa, c'est ça ? On peut se tutoyer si vous venez à venir ici régulièrement si cela ne vous dérange pas. Appelez moi Lucy, c'est plus convivial. "

    Oui, le tutoiement est mieux si elle est amenée à venir chaque semaine, du moins si ça ne la dérangeait pas, parce que nous avions sensiblement le même âge. Vu qu'elle était nouvelle, je lui indiquais le coin des arcs et des flèches. Je lui laissais choisir celui qu'elle désirait, histoire de voir si elle avait déjà un bon instinct, parce que je savais très bien ce qu'il lui fallait comme arc, quelques choses d'assez souple, car je doute que sa force physique soit très importantes, mais on peut être étonnée parfois.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 237
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : Tag sur Bazzart pour l'avatar

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 23 Avr - 0:03  
 
We don't control our fate.Je regarde un peu autour de moi. Il n'y a pas grand monde et c'est sans doute mieux ainsi. Pas que je veuille le monopole de la prof -quoique cela ne me dérangerait pas forcément- mais c'est toujours nettement plus intéressant à effectif réduit. Agglutinés, les gens ont tendance à être un peu excités. Un peu moins intelligents. Je souris poliment à Lucy, donc. Les sourires polis sont devenus une seconde nature. Ils paraissent vrais maintenant.

- C'est bien ça ! Ça me va pour le tutoiement, je ne suis pas une grande fan de son contraire de toute façon.

Censé marqué un certain respect, il ne fait plus qu'accentuer une distance parfois trop grande entre les gens que certains savent trop bien utiliser.
Elle me dirige ensuite vers les arcs et flèches. Sans plus d'indications, elle me permet d'en choisir un. Étant nouvelle, je soupçonne une sorte de test. Peut-être parce que je suis un peu parano sur les bords aussi. Pour moi, chaque mot, chaque geste a une double signification. Qu'on le veuille ou non, nous sommes tous un peu manipulateurs. Certains meilleurs que d'autres. Certains le sachant et sachant en jouer.
Je touche du bout des doigts les différents arcs. A la vue, je ne leur trouve pas grand chose de différents, à vrai dire. Du coup, j'en prends un. Je me mets dans un semblant de position -ne sachant absolument pas comment me tenir et comment placer mes doigts- et je tire la corde puis la relâche. Je fais de même avec un ou deux autres. La différence est légère mais elle est là. Je me décide pour un arc qui me semble être dans la moyenne. Pas trop mou mais pas trop dur. J'ai l'impression de pouvoir casser les plus souples, merci la boxe. Et mettre la barre trop haut dès le début n'est jamais très astucieux. Un juste milieu me semble donc assez bien. Quant aux flèches, j'en prends quelques unes au hasard. Et je reviens vers Lucy avec mon butin. Un petit sourire en biais sur les lèvres.

- J'ai pris au feeling, ça se passe comment maintenant ?

A ce moment, je relève les yeux. Je croise les siens. Je le sens. Je le vois. Le lien se fait rapidement, silencieusement. Assourdissant. Il me laisse pantelante et indécise. Ce n'est pas la même chose qu'avec les autres. Je ne saurais pas dire pourquoi mais cette fois, c'est différent.
©️ 2981 12289 0


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 825
 Date d'inscription : 08/02/2016

 Crédits : tumblr

 Âge du personnage : 25 ans
Sam 30 Avr - 16:29  
 
    Alyssa est donc là, nous serons donc peu nombreux pour ce cours là qui va débuter. Les autres n'ont que quelques séances dans les jambes, mais leur niveau est encore bien faible, très faible même mais on ne peut pas devenir bon au bout de quelques séances, de quelques semaines, il faut des années pour acquérir une maîtrise qui frôle la perfection. Je n'ai que 25 ans, mais ma maîtrise est proche de la perfection même si celle-ci ne fait pas partie de ce monde. Je me montre donc la plus avenante possible avec elle, souriante pour ne pas la faire fuir, lui proposant donc de m'appeler par mon prénom en passant immédiatement au tutoiement, c'est mieux ainsi, à mon sens. Bref, elle n'est pas contre cette pratique que je trouve la meilleure qui soit quand on est amené à se croiser une à deux fois par semaine en fonction du temps des personnes. Je lui indique donc le coin des arcs. Pour le moment, elle en aura un ici, que je vais lui prêter et quand elle désirera, qu'elle en aura les moyens, qu'elle sera assez perfectionnée, je lui proposerais d'acheter le sien avec une petite réduction bien entendu puisqu'elle participe aux cours. C'est vrai qu'il y a peu de personnes qui achètent ce genre d'objet sans un minimum de pratique, mais ça arrive. Bref, je l'observe du coin de l'oeil et j'aime sa façon de faire même si elle ne le fait sans doute pas forcément exprès. Elle touche un peu tous les arcs comme si elle les testait avant d'en choisir un. Instinctivement, elle a choisi celui qui devrait le mieux lui correspondre, un arc assez malléable pour les débutants. Elle aurait pu en choisir un pour les plus avertis, mais elle ne l'a pas fait. Je ne sais pas ce que cela signifie mais c'est un bon début en tout cas. Elle n'a pas pris le plus souple cependant, disons que pour une jeune femme, elle en a pris un qui devrait lui permettre de progresser comme il faut. Elle choisit aussi quelques flèches et revient vers moi avec son équipement. Je pose donc ma tablette, pour le moment, je ne vais pas en avoir besoin. Elle me demande comment cela va se passer maintenant en plongeant son regard dans le mien. Je lui souris. Je lui donne un carquois pour y ranger ces flèches.

    " Tiens, voici un carquois pour que tu puisse y mettre tes flèches. Tu dois le placer dans ton dos, mais si cela te gène dans un premier temps tu pourras le déposer à tes pieds. Comme c'est ton premier cours, je vais t'apprendre quelques rudiments, mais avant cela, je vais te laisser tirer sur la cible qui se situe là-bas sans rien te dire. Comme tu l'as si bien dit, on va voir ce que ton feeling te dit de faire. Peut être que sans le savoir, tu as déjà des bases de techniques. Je te laisse tirer quelques flèches, peu importe si tu n'arrive pas à atteindre la cible, ce n'est pas le but pour le moment. "

    Je lui souris donc, sachant que son regard a été plus intriguant qu'avec les autres, comme si ... Mais je préfère ne pas y penser pour le moment la laissant faire ces premiers pas. Je vais voir les autres qui s'échauffent doucement pour le moment, à proximité des cibles qui leur sont réservées. Certains mettront du temps avant d'avoir un niveau convenable, j'allais voir avec ces premiers tirs ce qu'Alyssa avait dans le ventre.
Contenu sponsorisé
  
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» United By The Fate, partenariat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Dupont Circle-