AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM
Pour plus d'informations, RDV ici

Partagez | .

let's try to make this fun again ▼kenzie

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 438
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : riddermark (avatar) & fycaitylotz (gifs) & red.balloon (sign).

 Âge du personnage : vingt-six ans.
Mer 10 Fév - 17:11  
 


let's try to make this fun again
Mackenzie & Swann

Un coup. Puis un autre. Le sac de sable tremblait et se balançait au rythme des coups qui le frappaient. Poings et pieds y passaient, il se courbait, mais jamais ne tombait. Swann enchaîna de nouvelles frappes, utilisant ses poings avec force et vigueur, avant de finir par un coup de pied puissant. Inspirant profondément, elle se stabilisa sur ses deux jambes, laissant l’adrénaline parcourir son corps un bref instant. Sachant qu’il ne fallait pas qu’elle laisse son corps se refroidir d’un seul coup, elle retira les protections sur ses phalanges, puis alla s’installer sur l’un des tapis juste à côté du sac de sable pour pouvoir étirer chacun de ses muscles. Depuis qu’elle était en âge de le faire, elle appréciait boxer. Il s’agissait d’une technique que maître Lloyd lui avait enseignée alors qu’elle commençait son adolescence. La boxe l’obligeait à utiliser seulement son corps quand elle frappait, et non pas son Feu. Elle avait ainsi appris à restreindre son élément, à contrôler le Feu qui courait constamment dans ses veines, alors qu’elle était âgée de seulement une douzaine d’années. La boxe était également un excellent défouloir, lui permettant de se vider la tête dès qu’elle en avait besoin. Elle n’avait jamais abandonné ce sport, et si elle ne faisait aucun match officiel, elle appréciait les entraînements, que ce soit face à un sac de sable ou sur un ring. Parfois, elle trouvait des personnes volontaires pour s’entraîner avec elle, comme Alyssa, ce qui lui permettait de ne jamais perdre la main face à un combat réel. Et elle devait avouer, elle utilisait également cette technique pour mettre à terre les petites raclures qui pensaient que s’en prendre à une femme seule était une bonne idée.

Finissant ses étirements, s’assurant que chaque muscle était traité correctement, Swann souffla un bon coup. Elle était sur le sac depuis plus d’une quarantaine de minutes, et elle avait bien besoin d’une petite pause. Se dirigeant vers son sac, elle en sortit sa bouteille d’eau, buvant à grandes goulées. Concentrée sur ce qu’elle faisait, laissant son esprit vaguer d’une pensée à l’autre – ce qui arrivait toujours quand elle s’entraînait – elle n’entendit pas immédiatement la personne qui arriva dans la salle. Quelle ne fut alors pas sa surprise, en se retournant, de voir une silhouette présente dans la salle d’entraînement. Sous la surprise, elle resserra sa prise sur sa bouteille d’eau, s’étouffant alors sous l’afflux d’eau. Toussant afin d’évacuer le liquide étranger de ses poumons, elle éloigna la bouteille de ses mains, la posant sur le banc. Décidant qu’elle s’était bien donnée en spectacle, elle se tourna à nouveau vers celle qui venait d’entrer dans la salle, un rictus sur les lèvres. « Mackenzie. Quelle surprise de te voir ici à… » Elle jeta un œil sur l’horloge présent dans le coin de la pièce, et haussa un sourcil. « neuf heures du matin. Tu es tombée de ton lit ou… ? » Petit sourire habituel sur ses lèvres, c’était presque un réflexe et non pas un geste volontaire. Elle devait avouer qu’elle avait pris cette habitude dans le simple but d’agacer ceux qui lui cherchaient des poux, cela avait tendance à beaucoup l’amuser. C’était fou ce qu’un sourire pouvait énerver quelqu’un.

Evidemment, elle ne cherchait pas à mettre Mackenzie en colère, après tout elle appréciait la jeune femme. Cela l’amusait juste de l’embêter quelque peu, une autre habitude, qu’elles avaient entre elles. Néanmoins, il fallait avouer qu’il était vraiment étonnant de voir la Bender de Terre présente ici, à une heure aussi matinale. Elles se trouvaient dans le quartier de Foggy Bottom, juste à côté du Montgomery Stadium. De nombreuses salles d’entraînement, pour les divers sports, avaient été installées tout autour du stade. Dont une pour les Benders, évidemment. Grande installation réalisée sur le principe des dojos, le bâtiment des Benders était disposé de plusieurs étages et de nombreuses salles. Celles-ci étaient adaptées pour mettre aux Benders de maîtrises différentes d’évoluer dans la même pièce. Comme celle où elles se trouvaient actuellement, où les White Death se réunissaient assez souvent pour pouvoir coordonner leurs matchs et leurs attaques. Swann y passait une grande partie de son temps, appréciant le calme qu’on pouvait y trouver assez tôt le matin. En général, elle y était plutôt seule dans ces heures-là, Mackenzie et Alexandra étaient plutôt du genre à la rejoindre plus tard, voire pour des entraînements l’après-midi. L’avantage de ne travailler que le soir au bar, cela lui laissait de longues journées pour vivre, et s’entraîner en majorité. On ne se refaisait pas.

Posant sa serviette sur le banc, ayant laissé Mackenzie se préparer tranquillement, Swann se tourna vers la jeune femme, un air de défi dans le regard. « Puisque tu es là, que dirais-tu d’un petit entraînement à deux ? Ta Terre contre mon Feu. » Elle n’avait pas souvent eu l’occasion d’affronter des Benders de Terre, ayant été plutôt entourée de Benders d’Eau de manière générale, sans qu’elle ne puisse se l’expliquer. Alors pouvoir se mettre à l’épreuve face à un élément inhabituel, c’était une tentation qu’elle ne pouvait refuser.

acidbrain


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mackenzie Kellaghan
Pitch Chocolat
 Messages : 546
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : tis0n & peekaboo ♥

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 11 Fév - 5:05  
 
Let's try to make this fun again
Kenzie & Swann
It's always a good time ▬ OWL CITY

Le silence est pesant. Comme un poids sur sa poitrine qu’elle n’arrive pas à porter. Comme un fantôme dans son esprit qui la hante et lui rappelle à quel point elle est seule. Seule. Son lit est si vide qu’elle n’arrive même pas à imaginer le creux dans le matelas que Spencer crée lorsqu’elle est là. Elle n’arrive pas à se souvenir de la chaleur de son corps. Encore moins de ses doigts qu’elle a l’habitude de sentir sur son bras le matin, quand elle rechigne à se lever. Le silence est son cauchemar et si d’ordinaire elle arrive à lui échapper, aujourd’hui il la rattrape. Elle ne sait pas pourquoi. Elle se fiche de la raison à vrai dire. Elle déteste simplement ce semblant de solitude qui s’enracine, s’attache à elle comme un cancer. Cela ne lui ressemble pas. Elle est de ceux qui sourient pour rien, simplement parce qu’ils le peuvent. De ceux qui se disent que demain ne sera que meilleur. De ces insupportables optimistes malgré les merdes dans lesquelles ils ont passé leur vie à marcher. Elle n’est pas de ceux qui se réveillent le cœur lourd et entreprennent l’idée de passer la journée au lit. Elle est de ces amoureux du sommeil et de leur lit qui arrivent malgré tout à toujours être de bonne humeur au réveil. Et rien dans sa vie ne peut changer ce qu’elle est en une seule nuit. Faux. Une chose. Mais cette chose ne s’est pas produite. Cette chose ne se produira jamais. Elle en est persuadée.

Emmitouflée dans sa couette, elle se lève de son lit, sans vraiment savoir quoi faire au-delà de prendre une position verticale. Elle n’a pas envie de voir sa famille ce matin. Elle n’a pas faim. Elle n’aime pas le café. Elle a à peine envie d’allumer sa télé. La chaîne musicale n’a rien d’attrayant ce matin. Mais le silence la tue et la télé est toujours plus attrayante que la radio. Le nouveau tube à la mode lui agresse les oreilles de la pire des manières, mais outre une grimace elle ne réagit pas. Ce n’est pas ça qui va occuper son esprit. Ce n’est pas ça qui va lui donner une bonne humeur qu’elle n’est pas habituée à ne pas avoir. Elle s’essaie à sourire, mais les muscles de son visage ne coopèrent pas. Huit heures du matin. Six heures du matin. Ou cinq heures ? Où est-elle aujourd’hui ?

La télécommande rencontre le canapé, tandis que la couette rencontre le sol et ses fesses retrouvent ce comptoir qu’elles aiment tant. Les chaises, très peu pour elles. D’autant plus que le dossier est cassé et elle n’a pas encore trouvé la motivation de le réparer. Ce n’est certainement pas aujourd’hui que ça arrivera.

« Lalalalalalalalalalala »

Elle beugle, elle marmonne, elle frappe ses genoux de ses mains dans un rythme qui se veut similaire à celui de la chanson qui passe. Mais Mackenzie n’a aucun sens du rythme musical et elle n’essaie pas de prétendre le contraire. Elle cherche simplement son esprit trop endormi pour faire quoi que ce soit. Elle n’a pas faim. Pourquoi n’a-t-elle pas faim ? Une banane mûre à la perfection traîne dans la coupe de fruits à ses côtés. A-t-elle seulement envie d’y goûter ? Non. Elle le fait malgré tout. Elle n’a pas faim, mais son estomac vide n’aide pas son humeur. Manger. Prendre des forces. Parler. Combler ce vide immense qu’elle n’arrive pas à éviter. Elle a peur que ses pieds ne se rapprochent du précipice et qu’elle sombre. Sombrer pour aller où ? Mackenzie n’aime pas l’inconnue. Ce n’est pas pour rien qu’elle évite de penser au futur.

C’est peut-être pour ça qu’elle se sent si seule.

À force de se projeter mariée, elle est obligée d’affronter la réalité du présent. Obligée de regarder la promesse qui repose sur son doigt et la présence de l’absence de concrétisation. C’est pire depuis qu’elle a vu Joey et visité les lieux de réception possibles. Huit heures du matin. Six heures du matin. Peut-être cinq. Elle dort. Kenzie ne veut pas la réveiller, l’inquiéter. Ce n’est rien. Elle a simplement besoin d’air.

L’air frais d’une matinée de novembre manque de lui geler les poumons. L’exagération l’aurait fait sourire, si ce n’était pas vrai. Il fait froid. Sa veste n’est pas suffisante pour la couvrir. Elle tombera malade si elle ne rebrousse pas chemin pour récupérer un manteau ou une écharpe. Elle ne fait pas demi-tour pourtant. Elle avance. Le bruit de la ville envahit ses pensées. Couvre ce trou béant qui l’effraie un peu trop. Elle n’aime pas ce manque. Elle est anti-niaiserie et guimauves. Elle est allergique aux mots d’amour et au pseudo-romantisme. Ce n’est pas mignon de ne pas pouvoir vivre sans l’être aimé. C’est triste. Ce n’est pas elle. Elle a tellement besoin d’entendre Spencer le lui rappeler.

Neuf heures du matin. Sept heures du matin. Peut-être six. Elle pousse la porte de la salle d’entraînement, alors qu’il y a bien inscrit de tirer. Comme d’habitude. Le coin de ses lèvres s’étire devant sa bêtise. Voir Swann ne la surprend pas. Elle est venue ici pour ça, après tout. Voir Swann baver cela dit… son premier véritable sourire de la journée apparaît. Elle pourrait l’appeler sa sauveuse, mais elle n’a pas envie d’empirer son problème d’égo. Mais la question fait disparaître toute trace de malice. Son sourire s’éteint, sa mine se renfrogne. Kenzie hausse les épaules.

« Un truc du genre. »

Elle pose son sac sur un banc perpendiculaire à celui utilisé par Swann. Pas parce que sa proximité la dérange. Parce que Kenzie est bordélique et a toujours tendance à s’étaler et un banc est à peine suffisant pour elle. Le silence s’empare d’elle à nouveau. Ce vide si intense qu’elle en est presque paralysée. Lentement, elle retire sa veste, ses chaussures, passe d’un jean à un jogging trois fois trop large, mais parfait pour l’entraînement. Le vide ne la lâche pas. L’étrangle doucement. La lacère violemment. Elle s’échauffe machinalement. Presque douloureusement.

La voix de Swann la fait sursauter. Sa proposition réveille quelque chose. Apaise cette douleur vive qu’elle n’arrive pas à comprendre. Son regard s’éveille devant le défi. Son sourire renaît de ses cendres. Le vide n’est plus. Pour seule réponse, elle retire ses chaussettes et saute à pieds joints une fois, deux fois, trois fois. Le sol est agréable sous ses pieds. Il n’y a jamais rien de mieux que le sol sous ses pieds. Stable. Solide. Il suffit de si peu.

« La perdante paie la prochaine soirée buverie. »

Sourire malicieux en place, elle recule jusqu’au centre de salle. Loin du sac de sable. Loin du banc. Là où elles peuvent y aller gaiement, sans avoir peur des dégâts. Elle frappe le sol du pied pour élever le terrain d’entraînement. Rien de mieux que la technologie d’aujourd’hui pour aménager les salles.

À nouveau elle saute sur place. Une fois. Deux fois. Trois fois. Lorsqu’elle s’arrête, elle prend sa position de départ. Neuf heures du matin. Et alors ?

« Prête ? »


© Gasmask
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 438
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : riddermark (avatar) & fycaitylotz (gifs) & red.balloon (sign).

 Âge du personnage : vingt-six ans.
Ven 12 Fév - 8:57  
 


let's try to make this fun again
Mackenzie & Swann

« La perdante paie la prochaine soirée buverie. » Tout le corps de Swann s’éveille, et un grand sourire de défi s’étire sur ses lèvres. Assise sur son banc, elle commence tout d’abord par étirer à nouveau chaque muscle de son corps. Soudainement, elle regrette de ne pas avoir le temps de s’acheter de nouveaux paquets avant de venir. Elle aurait apprécié une cigarette à l’instant même, le tabac ayant souvent un excellent effet sur elle. Beaucoup avaient essayé de lui faire arrêter… elle finissait par allumer une cigarette du bout du doigt, littéralement, sous leurs yeux, seulement pour les ennuyer. Elle ne consommait pas comme une grande consommatrice de tabac, et encore moins comme une accro. Elle en était au point où elle ne s’achetait pas de nouveaux paquets si elle n’en avait pas le courage, ce qui était le cas de sa situation actuelle. Mais elle savait apprécier une bonne cigarette de temps en temps, comme une vieille habitude qui ne partait jamais totalement. Puisqu’elle devait s’en passer, Swann finit tout simplement de s’étirer, avant de se lever, son air de défi ne quittant pas son visage. Elle adorait les petits paris, et si on la tentait avec une soirée et de l’alcool, elle ne disait jamais non.

« Tu sais comment me parler Mack ~ rien de mieux qu’une petite soirée, toi, moi, et de l’alcool ! » Quelqu’un ne les connaissant pas aurait pu prendre cela pour de la drague. Ce n’en était absolument pas. Oh, elle n’allait pas dire qu’elle n’avait jamais allègrement bavé sur Mackenzie. En réalité, elle l’avait fait, quand elles s’étaient rencontrées, deux ans auparavant. Néanmoins, c’en était resté là. Elle savait juste apprécier un beau corps quand elle voyait un, mais elles avaient appris à se connaître, et c’était une amitié qui s’était développée entre elles. Jamais Swann n’avait eu envie de sortir avec elle, ou même de coucher avec elle. Pas aveugle, certes, mais elle ne sautait pas sur tout ce qui bougeait, non plus. Elle appréciait sa relation avec Mackenzie telle qu’elle était désormais. Pleine de confiance, d’amitié, mais aussi de taquineries et de moqueries amicales. Elles adoraient s’embêter, sassy girls.

« Prête ? » « Un instant ~ » Quittant finalement son banc, heureuse de ne pas sentir ses muscles protester alors qu’elle avait laissé refroidir, elle se dirigea vers les grandes baies vitrées sur le côté de la salle. Ils étaient, pour le moment, recouverts de lourds rideaux. En général, quand elle arrivait le matin, elle ne les ouvrait pas, profitant de ce temps pour s’entraîner physiquement parlant. Le noir lui permettait un Feu moins fort, et c’était ce qu’elle voulait quand elle frappait sur son sac de sable. Néanmoins, si elle allait affronter Mackenzie, il lui fallait toute son énergie. Swann avait toujours apprécié cet avantage sur les Benders de Terre et d’Eau. Quand il leur fallait leur élément près d’eux, elle pouvait se contenter du soleil pour créer la moindre la flamme. Evidemment, les Benders d’Air étaient ceux qui avaient le plus chance à ce niveau-là, mais Swann préférait ignorer l’existence de ces vantards aux capacités bien trop faciles pour être amusantes. Elle avait appris à apprécier les difficultés, les étapes qu’elle devait franchir avec force et conviction, pour enfin réussir quelque chose. Si la maîtrise du Feu, de par l’apprentissage de son art martial, avait été aisée pour elle, pratiquement innée, elle ne s’en était pas moins compliqué la vie. D’où le fait d’apprendre à se battre sans son élément. D’où le fait d’essayer de contrôler son Feu dans la nuit. Cette dernière étape était toujours d’une grande difficulté pour elle, puisqu’elle allait intrinsèquement contre ce qu’elle était, contre ce qu’elle pouvait faire. Mais elle continuait encore et encore.

D’un geste vif, elle ouvrit les rideaux les uns après les autres, laissant le soleil inonder la salle d’entraînement. Un bref instant, elle ferma les yeux, profitant de la douce chaleur qui se répandait sur sa peau. Satisfaite, elle alla éteindre les lumières, avant de quitter ses chaussures de sport près du banc. S’attachant les cheveux, elle revint vers Mackenzie, un sourire aux lèvres. « Maintenant je suis prête ! Prête à te bosser les fesses. » Un rictus moqueur aux lèvres, elle rejoignit son amie dans le centre de la salle. Ne cessant pas son mouvement, elle plia les jambes rapidement, donnant une impulsion à son corps. Des flammes surgirent sous ses pieds, la laissant atterrir sur la plateforme élevée. Détendant ses muscles, elle laissa ses bras se plier et se déplier, tapant des mains et serrant pour des poings, quelques flammes s’enroulant autour de ses phalanges. « Un petit échauffement, et ensuite on se décide sur ce qu’on fait ? Soit le sur principe d’un match, la première à faire tomber l’autre deux fois de la plateforme ; soit un bon corps à corps… sans qu’on se détruise complètement, sinon c’est Alex qui va nous tomber dessus. » Brève grimace à la pensée d’Alex. Swann l’adorait, mais elle était effrayante quand elle s’y mettait, particulièrement quand elle était en colère… particulièrement quand Swann et Mackenzie agissaient avant de réfléchir.

Sentant l’adrénaline envahir son corps, Swann vérifia une dernière fois que tout allait bien, avant de se concentrer à nouveau sur Mack’. « C’est parti donc ~ ! » Sans attendre un instant, souhaitant profiter de l’effet de surprise, Swann se mit en position de combat. Tournant sur elle-même, elle lança un coup de pied latéral. Si son coup ne toucha physiquement personne, elle sentit la friction qui se réalisait sous sa peau, un sourire presque fou aux lèvres. Oh ce qu’elle adorait ça. Aussi soudainement qu’elle avait lancé son coup, un feu ardent s’était répandu sur sa peau, se précipitant vers Mackenzie avec la précision du geste qu’elle venait d’accomplir. Ses deux pieds à nouveau au sol, elle n’attendit pas une seconde, n’attendit pas non plus une réponse. Elle savait Mack’ rapide, elle la voyait se battre constamment, et ne voulait pas être prise par surprise parce qu’elle voulait être gentille. Repliant son bras gauche contre elle, illuminé de feu pour la protéger, elle jeta son bras droit en avant, vers levée vers le plafond. La boule de feu, qui commençait à y grandir, lécha ses doigts, pour s’étendre et se précipiter vers la Bender de Terre. « Let the fun begin ~ » murmura-t-elle d’un souffle.

acidbrain


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mackenzie Kellaghan
Pitch Chocolat
 Messages : 546
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : tis0n & peekaboo ♥

 Âge du personnage : 25 ans
Jeu 18 Fév - 22:52  
 
Let's try to make this fun again
Kenzie & Swann
It's always a good time ▬ OWL CITY

C’est presque drôle, de voir tant de confiance émaner de Swann. Ça lui rappelle ses élèves de quinze ans, persuadés qu’ils peuvent botter les fesses de n’importe qui. Ce genre d’élève que Kenzie s’amuse à rappeler à l’ordre en les faisant violemment tomber de leur piédestal. Règle numéro une, ne jamais sous-estimer son adversaire. Elle l’avait appris de la pire des manières. Encore et encore et encore. De défaite en défaite, de victoire en victoire, sa confiance en soi s’était construite pour devenir sa meilleure alliée et jamais, depuis trois ans, elle ne l’avait trahie. Swann fait honneur à son élément. Confiant. Agressif. Détruisant tout sur son passage lorsqu’on le laisse faire. Kenzie fait honneur au sien. Têtue, elle ferait tout pour l’en empêcher.

Elle accueille Swann sur le terrain avec un sourire éclatant et sa remarque par un éclat de rire. « Tu peux toujours essayer. » Elle n’a jamais été fan de la joute verbale avant un match ou un combat d’entraînement. Elle trouve ça puéril dans ses meilleurs jours et tout simplement ridicule les autres jours, mais avec Swann, ça l’amuse. C’est comme ça qu’elles ont appris à se connaître et à s’apprivoiser. C’est comme ça qu’elle a réussi à jauger son attitude avant qu’elle ne rejoigne l’équipe. La joute verbale, c’est leur truc. Et elle sait que leur joute verbale a le droit d’exister. Elles sont toutes deux du même niveau. Elles savent que rien n’est joué d’avance. Que tout peut changer en un instant. C’est ce qui rend l’exercice aussi intéressant. Pourquoi n’ont-elles jamais saisi l’occasion auparavant ?

Voir Swann faire sa petite démonstration lui fait lever les yeux au ciel. Si elle le voulait, Kenzie pourrait la faire tomber du terrain immédiatement. Elle n’aurait besoin que de bouger un pied pour faire pousser un pan du sol juste devant elle pour qu’il la frappe de plein fouet et qu’elle soit envoyée à l’extérieur du terrain. Elle ne verrait rien venir. Mais ce serait trop simple. Ce serait tricher même. Elles n’ont pas encore commencé. Ce serait dommage de partir du mauvais pied. Alors elle acquiesce à sa proposition et balaye l’idée d’une Alex énervée. Depuis le temps, Kenzie sait comment s’occuper de sa sœur.

Elle saute et rebondit. Un. Deux. Trois fois. Pendant que Swann prépare son attaque. Rapide. Comme à chaque fois. Elle sait créer l’effet de surprise. Mais ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces. C’est peut-être pour ça qu’elle la laisse faire. D’un simple mouvement du poing, elle crée un mur pour bloquer l’attaque, avant de le détruire d’un coup de pied pour que les débris fondent sur son adversaire de la matinée. Au moment où Swann lui envoyait sa salve de flammes. Le cœur battant, elle plonge sur le côté pour l’éviter.

Voilà la preuve que ça ne serait pas simple. Et il ne s’agit là que d’un échauffement. Un genou à terre, le regard déterminé, elle pose la main au sol pour qu’il commence à trembler, avant de se redresser sur deux pieds. Un souffle. Sa position de départ et un saut qui fait lever un rocher qu’elle frappe du poing pour attaquer Swann. Kenzie sait que malgré la puissance du coup, elle l’éviterait. Rapides, elles le sont toutes les deux. Leurs réflexes sont presque exagérés. Déformation professionnelle d’un pro-bender qui se doit de toujours être en mouvement et prêt à attaquer ou à défendre. C’est pour ça qu’elle saute à nouveau, pendant que le rocher continue de foncer sur Swann. Lorsque ses pieds frappent le sol, celui-ci vibre avant que trois poutres de terre compacte ne s’en élèvent. Swann peut sauter dans une direction ou l’autre, elle sera accueillie par de la douleur.

Droite, les pieds parallèles, Kenzie souffle. Elle sent son cœur battre jusqu’au bout de ses doigts. Pour un échauffement, c’est brutal. Main tendue vers les poutres, elle serre le poing puis, d’un mouvement du bras vers l’arrière, elle les explose et attirer les débris vers elle. Elle n’ose pas parler. Elle n’ose pas baisser la garde. Ses yeux ne quittent jamais sa coéquipière. Mais peut-être… peut-être qu’elles devraient retenir leurs coups. Avant de se vider de toute énergie et d’avoir l’air de loques humaines pour les prochaines heures.

« Je sais qu’il est que neuf heures du matin, mais j’ai déjà envie d’une bonne bière. J’espère que ton porte-feuille est prêt. »

Pas sûr qu’envenimer la situation soit la meilleure chose pour retenir les coups, mais Kenzie n’a pas l’air terrorisée. Au contraire, lorsque Swann l’attaque à nouveau, Kenzie n’a qu’à lever le poing pour bloquer le coup d’un débris de poutre et frapper de l’autre bras pour attaquer à son tour.

L’adrénaline dans ses veines la rend presque euphorique. Il n’y a rien de mieux que le bending pour la rendre de bonne humeur. Ne le dites pas à Swann, mais si elle gagne, elle lui paiera quand même un coup. Rien que pour la remercier.  


© Gasmask
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Messages : 438
 Date d'inscription : 04/02/2016

 Crédits : riddermark (avatar) & fycaitylotz (gifs) & red.balloon (sign).

 Âge du personnage : vingt-six ans.
Sam 26 Mar - 17:28  
 


let's try to make this fun again
Mackenzie & Swann

Swann sait que le mur va s’élever avant même qu’elle ne voit Kenzie agir. Cela fait deux ans qu’elle fait partie des White Death, deux ans qu’elle s’entraîne avec Kenzie et Alex presque quotidiennement. En deux ans, elle s’est habituée aux techniques des deux femmes. Tout comme Kenzie sait que Swann sera toujours du genre à offrir des piques avant un match, que ce soit un entraînement ou un réel match ; Swann sait que Kenzie est plutôt du genre silencieuse quand il s’agit d’entrer en action. Elles ont trouvé un juste milieu dans tout ça, avec Alex les gérant à sa manière de son côté. Pour les benders airs de leur équipe, ils vont et viennent, ne restent jamais longtemps, soit juste de passage à DC, soit tout simplement insatisfaits avec elles. Pas de leur faute si elles sont… uniques. Il faut s’habituer à leur style, et Swann doit avouer – avec grande joie – qu’elle s’est habituée à celui de Kenzie. Elles savent, malgré tout, se surprendre, et c’est bien pour cela qu’elle reste sur ses gardes. Kenzie est aussi agile qu’elle est rapide. Elle n’avait aucun doute qu’elle éviterait ses premières salves, qui ne font que la frôler. Elle s’en moque. Son but n’est pas de blesser Kenzie, ou de gagner après tout. Si elle déteste la défaite lors d’un match de pro-bending, ou lorsqu’elle va à l’encontre d’une personne qu’elle veut vraiment taire, elle n’a aucun problème avec quand il s’agit d’un match amical avec un de ses amis. Elle sait reconnaître le talent des autres. Et talentueuses, Kenzie l’est.

Elle voit le rocher venir vers elle aussitôt, et se positionne, non pas pour l’éviter comme elle l’y avait songé au départ, mais pour le réduire en cendres. Elle connaît Kenzie, et elle sait qu’elle a autre chose de prévu pour elle. Quand le rocher est devant elle, c’est une salve de flammes qui l’accueille. Ce que Swann n’avait malgré pas prévu, s’attendant plutôt à un autre rocher l’attendant juste après, ce furent les trois poutres qui surgissent. Bien plus solides que le simple rocher. Laissant échapper un juron entre ses dents, elle saute immédiatement sur la droite, voulant échapper à celle qui fonce sur elle. La douleur répond à son geste, alors que celle de droite était bien plus proche que ce qu’elle n’avait prévu. Elle a laissé son adrénaline s’exprimer plutôt que son cerveau, et encore une fois cela lui a joué un tour. Cela lui en joue souvent, encore plus avec Kenzie qui compense son propre caractère bouillant par son analyse posée des situations. Le dos contre le tapis, Swann inspire profondément, sentant ses côtes protester douloureusement. Elle voit bien, du coin de l’œil, que Kenzie reste aux aguets, mais après presque une heure de boxe et sa tendance à brûler rapidement son énergie dans ses offensives violentes, elle n’avait pas la force de rétorquer dans l’immédiat. Agitant la main pour montrer qu’elle était vivante, elle éclata presque de rire en grimaçant – cela faisait mal, damn – face à la remarque de Kenzie. « Sache que je te déteste. Cordialement. » Dans une tentative désespérée, Swann se relève et tente une nouvelle salve de feu vers Kenzie, mais celle-ci n’a qu’à agiter les mains pour se protéger. Damn. Elle évite sa contre-attaque avec souplesse, pulvérisant les rochers en un nouveau tas de cendres.

Un sourire amusé aux lèvres, Swann s’approche de son amie. Passer son temps à lancer tous les coups possibles sur Kenzie, jusqu’à ce que l’une d’elles craque, pourrait être amusant. Mais elles finiraient toutes deux dans un état misérable, Alex leur crierait dessus pendant des heures, et elles seraient bien trop cassées pour profiter du moindre alcool. Tendant les mains à Kenzie, elle l’aide à se relever à son tour, l’adrénaline retournant avec violence dans son sang. « Bravo, bravo, tu as gagné notre petit entraînement. Je te paierai une première tournée pour la peine ! Pour la suite, je crois qu’on peut mieux faire que juste s’attaquer l’une après l’autre ! Comme je t’ai proposée ? Un match de pro-bending. Trois manches, la première à faire tomber l’autre de la plateforme deux fois. Les règles habituelles. » Le terrain d’entraînement est aménagé pour les pro-benders, et les zones propres à ce sport y sont clairement démarquées. Swann descend du ring pour aller chercher les disques de terre rangés dans l’une des armoires de la salle, et remonte les poser du côté de Kenzie. Ce n’est pas un match conventionnel, puisqu’elles sont en un contre un, mais au moins, cela leur permet de s’entraîner pour un réel match en même temps que s’amuser.

Swann se place dans sa zone la plus au centre du ring, son sourire amusé ne quittant pas ses lèvres. Cela irait plus vite puisqu’il n’y avait qu’un seul bender à faire reculer dans chaque zone. Roulant ses épaules pour vérifier qu’elle n’aurait pas de mal avec les coups précédents (hors les futurs bleus qui parsèmeraient sa peau, évidemment), elle se trouve satisfaite. « J’ai mis le chrono’ de mon téléphone. Dans deux minutes, il sonne et le match commence. » L’attente est une torture, la tension palpable. Toutes deux veulent gagner, rien que pour le plaisir et l’amusement. Et la satisfaction d’avoir botté les fesses de l’autre, ce que Kenzie a pour le moment. Le chronomètre sonne enfin, et Swann n’attend pas une seconde. Elle sait que sa rapidité, une nouvelle fois, est son atout et elle compte en profiter. Elle inspire profondément, tape dans ses mains, ramène son poing gauche contre sa poitrine, envoie le droit dans la direction de Kenzie, un jet de flamme s’y échappant. Très court, ce sont les règles, mais vif et puissant. Si elle peut la faire reculer d’une zone immédiatement, elle n’en sera que plus satisfaite.

OUI : Son jet de feu est vif et direct. Il percute Kenzie, la jette en arrière dans la deuxième zone. Cela commence bien pour Swann.
NON : Son jet de feu a beau être rapide, Kenzie le contre sans problème. Damn.

acidbrain


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasing Light
Happiness can be found even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light
 Messages : 176
 Date d'inscription : 25/07/2015

 Crédits : Pitches.

 Âge du personnage : Trop vieux pour vous.
Sam 26 Mar - 17:28  
 
Le membre 'Swann Rosenwald' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé' :
Contenu sponsorisé
  
 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasing Light :: Washington D.C. :: Foggy Bottom :: Montgomery Memorial Stadium-